ACTUS LOCALESNOUVELLE-CALEDONIEPOLITIQUE

Nouvelle-Calédonie : les indépendantistes en bonne position pour prendre la présidence

Après la chute de l’exécutif calédonien, le 2 février, quatre listes ont été déposées pour l’élection du gouvernement collégial, qui aura lieu le 17 février. Les partis du FLNKS, alliés au parti communautaire wallisien l’Éveil océanien, ont des chances d’emporter la majorité des sièges, et donc la présidence, comme l’explique notre partenaire Outremers 360°.

Après plusieurs jours de suspense, le groupe UC-FLNKS et Nationalistes et Éveil Océanien ont déposé une liste commune. Le jeune parti wallisien n’avait pas communiqué sur ses intentions pour l’élection du gouvernement, après la chute du précédent, lors de la démission des cinq membres indépendantistes. De son côté, l’autre groupe indépendantiste UNI a également, et sans surprise, déposé sa propre liste. Ainsi, les indépendantistes (UC-FLNKS et UNI), avec l’Éveil Océanien, disposeraient de six membres au gouvernement calédonien sur 11, nombre voté par délibération au Congrès, et sont en bonne position pour faire élire un président indépendantiste. Sauf surprise de taille, le gouvernement calédonien pourrait donc, pour la première fois depuis son instauration en 1999 au lendemain de l’Accord de Nouméa, être dirigé par un indépendantiste.

De leur côté, les non indépendantistes de l’Avenir en confiance, parti de la coalition Les Loyalistes, a aussi déposé sa liste. La coalition avait appelé plus tôt dans la semaine à un pacte de gouvernance partagé avec l’Éveil Océanien et Calédonie Ensemble (non indépendantiste). Ce dernier groupe au Congrès a également déposé sa liste.

En attendant, le ministre des Outre-mer a annoncé s’être entretenu avec plusieurs élus calédoniens, notamment les trois présidents de province Sonia Backès, Paul Néaoutyine et Jacques Lalié ; les leaders de partis indépendantistes et non indépendantistes ou encore les trois parlementaires de l’archipel. Des entretiens « afin d’échanger sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie et faire le point sur le processus politique entamé en octobre dernier lors de son dernier déplacement en Nouvelle-Calédonie ». « Le ministre a rappelé la nécessité de préciser collectivement les implications et conséquences d’un “Oui” ou d’un “Non” à l’éventuel troisième référendum » ; et avec ses interlocuteurs, « ont évidemment abordé le dossier de reprise de l’usine du Sud – et plus généralement de l’avenir du nickel sur le territoire ». « Ils se sont accordés sur l’importance de poursuivre les discussions pour construire la solution industrielle qui permettra de maintenir les 3 000 emplois du site et de garantir la protection de l’environnement », assure le communiqué.

Le président du Medef, futur président indépendantiste ?

[Mise à jour 15h30] Son nom été évoqué depuis hier, et il a été confirmé ce vendredi : Samuel Hnepeune mène bien la liste UC-FLNKS et Nationalistes et Éveil Océanien, la principale liste indépendantiste dans cette élection, comme le confirme NC la 1ere. Une surprise, puisque que ce chef d’entreprise originaire de Lifou, passé par le secteur bancaire, plusieurs établissements publics puis devenu en 2012 PDG de Air Calédonie, avait pris soin, jusqu’à présent, de rester à l’écart des débats politiques. Réputé « homme de dialogue », il avait été nommé en juin dernier à la présidence du Medef-NC, alors miné par une guerre de clans. Comme le rapport les Nouvelles Calédoniennes, Samuel Hnepeune a annoncé sa démission de l’organisation patronale ce matin et s’est engagé à être porteur, « dans ses futures fonctions, d’une politique d’actions pragmatiques et en phase avec les réalités qu’elles soient budgétaires, sociales ou économiques« . Sa position sur la liste de l’UC lui assure une élection parmi les 11 membres du gouvernement collégial, le 17 février. Il pourrait même en prendre la tête : il serait alors le premier président du gouvernement indépendantiste, et qui plus est plus le premier président Kanak, depuis les accords de Nouméa.

 

Article précedent

La minute de l'entrepreneur 11/02/2021

Article suivant

Recette du jour : Curry d'agneau et patate douce

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Nouvelle-Calédonie : les indépendantistes en bonne position pour prendre la présidence