ACTUS LOCALESECONOMIEEMPLOISOCIÉTÉTOURISME

Transformer les PGE en subvention : un projet à l’étude

Lecornu et patrons

©Haut-commissariat

Les autorités de l’État et du Pays étaient réunies avec les patrons pour un déjeuner de travail, mercredi midi au haut-commissariat, avec le ministre des Outre-mer. Vaccination, réouverture des frontières, préparation de la relance mais également aides pour les entreprises… de nombreux sujets ont été abordés. « Un vrai dialogue, sans tabou », a salué Christophe Plée, président de la CPME.

Les patrons ont rencontré le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, au haut-commissariat mercredi midi. Un déjeuner auquel le haut-commissaire Dominique Sorain, le président de Polynésie française, Édouard Fritch, le ministre des Finances et de l’Économie, Yvonnick Raffin et le directeur des Finances publiques en Polynésie française, Daniel Casabianca, étaient également présents. Le ministre a réaffirmé le soutien de l’État aux entreprises et aux ménages, indiquant que les mesures s’adapteront progressivement aux conditions de reprise des activités pour éviter une extinction brutale des aides, qui pourrait mettre en danger les entreprises, et que les prêts garantis par l’État pourraient voir leur remboursement étalé dans le temps selon des modalités à définir et à adapter aux Outre-mer par rapport au cadre national, voire même qu’un certain nombre de secteurs pourrait faire l’objet d’une bienveillance dans la transformation de ces PGE en subvention.

Le ministre des Outre-mer a précisé que cela était actuellement à l’étude, mais que « ce n’est pas du tout acté au moment où je vous parle et ça ne dépend pas de moi ». Mais les patrons ont semblé satisfaits de cette annonce, tout le monde pensant notamment à la compagnie aérienne ATN. Christophe Plée, président de la confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), assure que le sujet n’a même pas fait « débat ».

Le ministre a rappelé l’importance de la vaccination dans les conditions de la reprise économique et la responsabilité de chacun aux côtés de l’État et du Pays pour atteindre les 70% de personnes protégées parmi la population cible, c’est-à-dire les plus de 16 ans.

Ce « rôle » dans la politique de vaccination pourrait être réalisé concrètement dans les semaines qui viennent. « Ils ont évoqué que l’accès à la vaccination était parfois trop compliqué en fonction des prises de rendez-vous, des cibles, etc. Il y a un besoin de simplification des circuits de vaccination. Les entreprises sont cohérentes, je les ai trouvés très engagées et elles veulent aussi porter ce message vis-à-vis de la population, vis-à-vis de leurs salariés, et encore plus dans les zones touristiques », a précisé le ministre des Outre-mer. « Les patrons souhaitaient voir ce programme de vaccination s’accélérer », a approuvé Christophe Plée. Le sujet doit être discuté entre le Pays et les patrons.

Sur la question d’une date de réouverture, Sébastien Lecornu s’est un peu agacé, préférant reparler de l’importance de la vaccination, seule solution pour ensuite envisager une réouverture des frontières.

La question de la Polynésie dans la zone régionale a également été évoquée : « L’économie c’est aussi des interdépendances. Cette question est absolument déterminante », a dit le ministre des Outre-mer, évoquant « la relation historique avec la Nouvelle-Zélande » et aussi « une possible relation nouvelle avec l’Australie ». Pour le président de la CPME, il faudra effectivement s’y préparer. « Il faut être les premiers à aller voir les pays à côté, retisser des liens. Il ne s’agit pas de remettre ATN en route et attendre, il faut réfléchir à la relance. » Parmi les patrons, il y avait également Patrick Martin, président de la Fédération bancaire des banques françaises de la Polynésie Française, Tuanua Degage, président du Cluster maritime, Thierry Chansin, président de la Chambre syndicale des entrepreneurs du bâtiment et des travaux publics, Olivier Kressmann, vice-président du mouvement des entreprises de France en Polynésie française (MEDEF) et Dominique Devaux, président du GIE Poe O Rikitea. Christophe Plée a salué un « vrai dialogue, sans tabou ».

Article précedent

Ua Reva, 35 bateaux s’alignent sur l’édition 2021 de la Tahiti Pearl Regatta

Article suivant

Hotu Ā Mag | Découvrez l’AS Venus

1 Commentaire

  1. Fredpo
    13 mai 2021 à 7h07 — Répondre

    Décision concernant la réouverture totalement incompréhensible d’un point de vue sanitaire! Pourquoi les français (ou autres) vaccinés/immunisés auraient moins le droit qu’un américain non vacciné de fouler le sol polynésien par exemple?

Laisser un commentaire

PARTAGER

Transformer les PGE en subvention : un projet à l’étude