ACTUS LOCALESCOMMUNESENVIRONNEMENTSOCIÉTÉ

Un projet « ambitieux » pour l’assainissement de Pirae et Arue

Le syndicat intercommunal d’étude de l’assainissement des eaux usées de Pirae et Arue a présenté son projet d’assainissement collectif vendredi dernier. Des ouvrages de collecte d’eaux usées vont être construits sur 16 km afin de raccorder près de 170 structures à la station d’épuration de la Papeava.

Le syndicat intercommunal d’étude de l’assainissement des eaux usées de Pirae et Arue, dit SIVU, est en passe de finaliser son projet pour la création de son service public d’assainissement collectif. C’est lors d’une réunion d’information, avec son partenaire la ville de Papeete, que le syndicat a présenté son projet vendredi dernier aux services institutionnels du pays et de l’État.

Ce projet, décrit comme « ambitieux », consiste en la construction d’ouvrages de collecte d’eaux usées sur un linéaire de 16km – comprenant des réseaux et des postes de relevage, afin de raccorder près de 170 grandes structures depuis le rond-point d’Erima jusqu’à la station d’épuration de Papeete à Fare Ute. Le collège de Arue, le RIMaP-P, le complexe sportif de Arue, le centre commercial Carrefour, le lycée Raapoto, l’hôpital, la cité scolaire du Taaone, le COMSUP, le futur centre-ville de Pirae seront raccordés lors de cette première phase de travaux. Le coût du projet se monte à 5 milliards de Fcfp et la durée des travaux à trois ans.

Grâce aux équipements de la ville de Papeete, à travers la station d’épuration de la Papeava, cette première phase de travaux va permettre d’assainir la partie Est de l’agglomération et ainsi de traiter près de 2 000 m3 /jour d’eau usées, soit près de 20% des effluents du zonage de l’assainissement collectif de Pirae et Arue. La station d’épuration de Papeete, utilisée aujourd’hui à 35% de ses capacités, est à même d’accueillir l’ensemble de ces effluents. En effet, sa capacité actuelle étant de 3 500 m3 / jour, cette dernière a été conçue pour évoluer en pouvant recevoir, à terme, jusqu’à 14 000 m3 / jour. Ce partenariat est donc gagnant-gagnant car il permet au syndicat de s’abstenir de construire une station d’épuration et à la ville de Papeete, notamment sa SEML Te Ora No Ananahi en charge de l’exploitation du service public, d’augmenter sa rentabilité.

Une charte de partenariat va prochainement être signée entre la ville de Papeete et le SIVU pour formaliser cette volonté de mutualisation.

C’est en 2010 que SIVU a été créé, par la volonté des deux anciens tavana, Béatrice Vernaudon et Philip Schyle. Les deux communes ont validé, dès 2017, les résultats de l’étude du schéma directeur, qui avait pour objectif de définir les grandes orientations stratégiques pour la mise en place d’un service d’assainissement qui réponde aux enjeux de développement des territoires tout en préservant de manière durable le cadre de vie des populations. Ainsi toute la plaine et les vallées des deux communes, soit environ les deux tiers du territoire de Pirae et Arue, seront amenées, à terme, à être raccordées sur le futur réseau public de collecte des eaux usées. De même et avec l’accord de la ville de Papeete, c’est le scénario de raccordement à la station d’épuration de la Papeava à Fare Ute qui a été retenu.

Avec communiqué

Article précedent

Justice, Gouvernement : notre salut par l'Intelligence Artificielle ? - Edito 07/06/2021

Article suivant

De nombreux lots partagés à l’occasion de la Semaine du Football Féminin

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Un projet « ambitieux » pour l’assainissement de Pirae et Arue