INTERNATIONAL

Abdeslam a pu communiquer avec des détenus malgré son isolement

Paris (AFP) – Salah Abdeslam, suspect-clé des attentats parisiens du 13 novembre, a réussi à parler avec d’autres détenus malgré son isolement, a reconnu dimanche le garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas, précisant que ses interlocuteurs ont été changés d’établissement.

Salah Abdeslam est détenu à l’isolement depuis le 27 avril « à Fleury-Mérogis (sud de Paris), une maison d’arrêt considérable où il y a 4.366 détenus pour deux fois moins de places », a rappelé le garde des Sceaux au « Grand rendez-vous » Europe1/iTELE/Les Échos.

« Chaque fois qu’il y a (eu de sa part) une tentation d’entamer une conversation avec un voisin, (…) eh bien la personne avec qui il tentait de discuter, même brièvement, a été immédiatement transférée dans un autre établissement », a-t-il affirmé.

Ces voisins avec qui il tentait d’entrer en relation étaient « lointains puisque naturellement autour de lui les cellules sont vides », a souligné M. Urvoas. « Même s’il y a des éléments de plexiglas (à la fenêtre) qui lui interdisent d’accéder à l’extérieur il peut – j’imagine – en forçant la voix » se faire entendre d’un autre détenu, a-t-il poursuivi, ajoutant: « C’est arrivé ».

Mis en examen pour assassinats terroristes et suspect-clé des attentats parisiens qui ont fait 130 morts, Salah Abdeslam est placé sous vidéosurveillance 24h/24, a-t-il rappelé.

La chancellerie a récemment indiqué à l’AFP qu’une « procédure disciplinaire a été engagée contre Salah Abdeslam en septembre 2016 », sans toutefois indiquer à quels faits elle était liée.

Interrogé par ailleurs sur le cas de Farouk Ben Abbes, un Belgo-Tunisien de 31 ans assigné à résidence à Toulouse après les attentats du 13 novembre, et dont la presse a révélé qu’il percevait le RSA, le ministre a reconnu « une erreur » du ministère de la Justice dans ce dossier.

« J’ai engagé une procédure pour recouvrer les sommes qui lui ont été indûment versées », a indiqué le garde des Sceaux.

Farouk Ben Abbes « est mis en examen pour association de malfaiteurs à but terroriste. Cette procédure va aller jusqu’au bout. De deux choses l’une: il est condamné, il sera mis en prison et ne touchera pas le RSA; il n’est pas condamné, il sera expulsé et ne touchera plus le RSA », a-t-il expliqué.

Jean-Jacques Urvoas a par ailleurs indiqué qu’il y avait actuellement 340 personnes en détention poursuivies pour des faits liés au terrorisme, incarcérées dans 50 établissements, et qu’environ 1.300 personnes sont considérées comme radicalisées.

Photo de Salah Abdeslam fournie par la police belge le 17 novembre 2015. © AFP

© FEDERAL POLICE OF BELGIUM/AFP/Archives DSK
Photo de Salah Abdeslam fournie par la police belge le 17 novembre 2015

8096264e4cc95796e2f9b92cc9902befe3fd9cb0-6
Article précedent

Après l'attaque aux cocktails Molotov, pronostic vital "engagé" pour un policier

1248667a7e2d4aa13c9fccf2d5693f1d410e6456
Article suivant

Facebook a payé 4,63 millions d'euros d'impôts en 2015 au Royaume-Uni

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Abdeslam a pu communiquer avec des détenus malgré son isolement