ACTUS LOCALESSOCIÉTÉ

Albert Solia: « le transport collectif va coûter des milliards »

Albert Solia, ministre de l'Equipement © Radio 1

Albert Solia, ministre de l’Equipement © Radio 1

Mardi, le Conseil économique social et culturel (CESC) a rendu son avis mitigé sur le « schéma directeur des transports collectifs et déplacements durables sur l’île de Tahiti ». Le ministre des Transports Albert Solia réagit au micro de Radio 1 pour défendre son plan et annonce des investissements de« plusieurs milliards »grâce à ce schéma directeur.

Le schéma directeur des transports collectifs et déplacements durables était à l’étude mardi au CESC. Et si le gouvernement annonce très clairement que ces mesures, établies autour de quatre axes , sont programmées sur les vingt prochaines années, le CESC dénonce un schéma directeur jugé « trop schématique sur le long et le moyen terme et pas assez directif sur le court terme ». Mais accélérer la mise en place de ces mesures  parait difficilement possible pour le gouvernement, confronté aux récurrents problèmes fonciers et financiers, comme l’explique le ministre de l’Équipement, Albert Solia.

©Cédric Valax

Quoiqu’il en soit la réforme des transports en commun coutera chère, très chère. Entre les subventions nécessaires à la survie des sociétés qui assureront la délégation de service publique, les travaux de voirie et le renouvellement du parc des véhicules le ministre de l’équipement, Albert Solia, annonce plusieurs milliards de francs Fcfp.

©Cédric Valax

Il est précisé dans le schéma directeur que les besoins de financement nécessaires dépassent les capacités de financement du transport du Pays. La mise en place du nouveau réseau et des investissements associés devra donc, selon le gouvernement, « s’accompagner de la création d’une ressource dédiée aux transports ». Le Pays étudie donc possibilité de mettre en place une « ressource de l’actiondédiée au financement du transport public aussi bien en investissement qu’en exploitation ». Cette ressource serait assise sur une taxe additionnelle sur les produits pétroliers et pourrait abonder un fonds dédié du type du Fonds d’Investissement Routier et Transports (FIRT) comme c’est déjà le cas dans l’ensemble des départements et régions d’Outre-mer, sauf Mayotte.

Schéma directeur des transports collectifs et déplacement durables – Tahiti by Fred Ali on Scribd

Article précedent

Le gouvernement « met fin aux incohérences » de la loi anti-fraudeurs au RSPF

Article suivant

Un Tahitien à la tête de la banque SGCB à Nouméa

3 Commentaires

  1. tupai
    21 juillet 2016 à 8h45 — Répondre

    et pourquoi pas un transport aérien, au dessus des routes, ça existe ailleurs, ça arche bien et cela pourrait coûter moins cher, avec un arrêt tous les 500 mètres environ

  2. ldpdt
    21 juillet 2016 à 11h22 — Répondre

    L’aérien pourquoi pas , en autoroute sur piliers comme aux US, ou en tramways dont les rails prendraient la place des voies pour voitures comme à Nantes : 4 voies voitures = 2 voies tramway et 2 voies voitures Avec un grand parqing à Mahina et à Pea Quand les automobilistes en auront marre de faire la queue comme à Nantes ils prendront le tramway. J’en parle en connaissance de cause

  3. yenamarre
    21 juillet 2016 à 16h13 — Répondre

    Je retiens juste une chose, « taxe sur les produits pétroliers » surtout lorsque l’on entend que les sociétés de transport en commun » se gavent bien grace aux subventions , ya un trucs pas claire la.
    Pour l’idée des voies aérienne, cela se fait dans bcp de pays n’ayant plus de foncier, pourquoi pas ici?
    Ah oui c est pas jolie pei

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Albert Solia: « le transport collectif va coûter des milliards »