ACTUS LOCALESECONOMIEEDUCATIONSANTÉ

Coronavirus : nouvelles mesures, la Polynésie se barricade

La conférence de presse était organisé ce lundi midi au Haussariat quelques heures après l’allocution du président de la République. Un conseil des ministres exceptionnel est aussi prévu dans l’après-midi. @Charlie Réné

Écoles fermées, second tour reporté, déplacements limités… Après le Président de la République ce matin, c’était au tour du Haut-commissaire Dominique Sorain et du président du Pays Édouard Fritch de détailler, ce midi, les mesures prises en Polynésie. Si les deux responsables ont annoncé un renforcement sensible de la protection du pays et de ses habitants contre le coronavirus, le fenua reste à un niveau d’alerte bien moindre que la métropole.

Comme l’a précisé d’emblée le Haut-commissaire, seules trois personnes ont été diagnostiquées positive au coronavirus au fenua depuis le début de l’épidémie. La première avait été la députée Maina Sage, contaminée en métropole et qui avait été testée positive dès le 10 mars. Quelques jours plus tard, deux autres cas avaient été confirmés : une personne de l’entourage proche de la députée, et un touriste suisse, évasané depuis Fakarava quelques jours après son arrivée sur le territoire et toujours en observation au CHPF.

Aucun nouveau cas au fenua

Depuis, et malgré les enquêtes « approfondies » des services sanitaires, qui ont dépisté toutes les personnes ayant croisé les personnes infectées – amis, famille, personnel médical et transporteurs compris -, « aucun nouveau cas n’a été confirmé en Polynésie », insiste le Haut-commissaire. Raison pour laquelle la Polynésie est toujours classée en « phase 1 » de l’épidémie, là où la métropole est passée de la phase 2 à la phase 3 dans le courant du week-end. Pour Dominique Sorain, ces situations différentes justifient des mesures de protection différentes.

Confinement de 14 jours pour tous les arrivants, départ des touristes

La priorité est donc avant tout à la protection contre de nouvelles contaminations extérieures. Après avoir banni les paquebots du fenua, le Pays va mettre un nouveau coup d’arrêt au tourisme. Tous les arrivants au fenua, Polynésiens ou non, seront tenus de rester confinés pour 14 jours, chez eux, ou à défaut, dans un site spécialement mis à disposition par le Pays.

Quant aux touristes déjà présents sur le territoire, le gouvernement va rapidement s’entendre avec les compagnies aériennes pour organiser leur retour dans les meilleures conditions, a expliqué Édouard Fritch.

Écoles fermées dès mercredi pour trois semaines

Le président du Pays a en outre annoncé la fermeture des écoles, collèges, lycées et universités dès mercredi. Un délai de 48 heures qui permettra d’« organiser les choses » du côté des élèves comme des enseignants. Édouard Fritch rappelle que cette mesure avait été demandée par beaucoup de parents d’élèves et par plusieurs syndicats de l’éducation, dont la FSU. À l’entendre, ce seraient en fait les vacances scolaires de Pâques qui seraient avancées et étendues pour commencer ce mercredi et s’étaler sur trois semaines. Des précisions doivent être apportées d’ici demain.

Déplacements limités et appels à la responsabilité

Il ne s’agit pas de partir en vacances, précise tout de même le président du Pays. L’idée est de rester un maximum à la maison pour éviter une éventuelle propagation du virus, notamment auprès des personnes âgées. C’est pour cette même raison que les rassemblements de plus 100 personnes sont désormais interdits, la capacité d’accueil des lieux publics (y compris les bars ou restaurants,) réduite de moitié, et que l’exécutif appelle les Polynésiens à limiter leur déplacement au « nécessaire ». « J’en appelle à la responsabilité de chacun », a insisté Édouard Fritch, expliquant que le respect de ces mesures était « la condition à la sécurité de tous. »

 

Les vols vers les îles, eux, devraient être limités aux seuls déplacements « familiaux ou professionnels » nécessaires. « L’idée est encore une fois de protéger notre population des petites îles », dont les structures d’accueil sanitaire ne pourraient pas faire face à un développement de l’épidémie. Le président en a profité pour rappeler les mesures de protections les plus basiques : se laver les mains régulièrement, mais surtout, éviter les contacts physiques.

Le second tour des municipales reporté, les résultats du premier tour « sanctuarisés »

Une des mesures annoncées par Emmanuel Macron va tout de même avoir des conséquences directes localement : le report du second tour des municipales. Tous les partis politiques seraient d’accord à Paris, la décision est donc prise : le scrutin n’aura pas lieu ce dimanche 22 mars. Mais alors quand ? Pas de date pour l’instant, mais le ministère de l’Intérieur parle depuis ce vendredi après-midi d’une date « au plus tard fin juin », soit dans un peu plus de trois mois. Ceux qui ont gagné dès le premier tour ce dimanche, sont bien élus, et le résultat des autres est « sanctuarisé ». « Nul ne comprendrait en effet que les résultats réguliers d’élections organisées conformément aux lois de la République soient remises en cause», a pointé le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

Article précedent

La France en confinement, le 2e tour des municipales reporté : "Nous sommes en guerre", dit Emmanuel Macron

Article suivant

Pain à la banane et au chocolat noir

3 Commentaires

  1. romain.olivier
    16 mars 2020 à 15h58 — Répondre

    il faut arrêter les vols commerciaux en direction du fenua tout simplement , l’auto-confinement c’est du pipo , si elle n’est pas surveille par une autorité médicale ou policière; toujours des demi mesures qui ne servent a rien !

  2. Motook
    17 mars 2020 à 9h54 — Répondre

    Cette épidémie mondiale demande des mesures strictes et fermes et pour le moment, les décisions prises sont bonnes. Dommage qu’il ait fallu que les parents eux-mêmes, en accord avec l’avis des professionnels de l’éducation, décident de ne plus envoyer leurs enfants à l’école pour que les autorités leur emboîtent le pas.
    Le télétravail est recommandé mais de ce côté là, ça va être délicat. Pourquoi ? Parce que le télétravail n’est en général pas dans la culture des entreprises locales, parce qu’elles ne sont pas rassurées par la technologie numérique (piratage, etc…) et qu’ici, on a tendance à considérer que travailler de son domicile, ce n’est pas travailler.
    Mais ce ne sont pas les seules raisons : il y a aussi les raisons techniques. Pour accéder à distance à des données et pour que ces accès soient sécurisés, il faut des infrastructures spécialisées (VPN, serveurs de sécurité, DMZ, Serveurs proxy, reverse proxy, etc ….). Seules quelques unes des plus grandes entreprises locales en disposent mais elles sont relativement rares.
    Et le point le plus important, les débits. Dans les pays où le gigabit est la norme, pas de problème. Mais au fenua où le débit se situe en majorité à moins de 8 mégabits, ça risque d’être plus difficile. Car il faut bien penser que la liaison avec l’entreprise passe par la connexion internet privée de chacun des télétravailleurs potentiels. Et là, quand je vois qu’hier soir, contrairement aux autres soir, je n’ai pas pu regarder un film en streaming car le réseau était saturé, je me dis que ce n’est pas gagné.
    Peut-être que cela donnera à réfléchir à nos décideurs et que des mesures seront prises pour que le passage au vrai numérique de la Polynésie ne reste pas qu’un voeux pieux.
    A quoi sert de faire dui e-commerce si les clients ne peuvent pas se connecter sur notre réseau et inversement ?

  3. louis Bresson
    17 mars 2020 à 23h37 — Répondre

    Si vraiment, comme le dit le ministre de la Santé, le virus circule en Polynésie, ce ne sont pas les rassemblement de plus de cent personnes qui devraient être interdits, mais TOUT RASSEMBLEMENT, avec obligation de noter les noms des personnes que nous approchons à moins d’un mètre.

Laisser un commentaire

PARTAGER

Coronavirus : nouvelles mesures, la Polynésie se barricade