ACTUS LOCALESSANTÉ

Covid-19 : « La cohérence des décisions est nécessaire à l’adhésion de la population », dit le Dr Lam Nguyen de l’ILM

©CP/Radio1

Le Dr Lam Nguyen de l’Institut Louis Malardé était l’invité du Cesec ce jeudi matin pour faire le point sur le situation du covid-19 en Polynésie. Il se pose en défenseur de l’utilisation du masque, et recommande d’utiliser les tests sérologiques, plus rapides et moins onéreux que les tests RT-PCR, pour les cas asymptomatiques. En tant que médecin, il se dit « effaré » par la communication des gouvernements quels qu’ils soient, et souhaite plus de transparence pour que la population adhère mieux aux mesures préventives.

Devant les conseillers du Cesec, le médecin  – qui n’avait pas encore été informé du premier décès lié au covid-19  – n’a pas mâché ses mots, après la découverte de 74 nouveaux cas en 24 heures : l’accélération de la contamination pourrait ne plus être « arithmétique » mais « exponentielle », « ça fait plusieurs fois que je le répète. Il y a une fausse sensation de sécurité. Il n’y a que 6% de plus de 65 ans, mais ça ne va pas rester comme ça. Si vous pouvez me citer un pays où le covid-19 se propage sans faire de morts, je suis tout ouïe. » L’immunité collective, évoquée cette semaine, est encore « hypothétique », dit-il, et «on n’est pas sûr qu’elle soit solide et durable.»

Compte tenu de l’isolement des archipels et de leurs structures de santé, « peut-être qu’on pourrait restreindre la circulation aérienne, on peut imaginer de confiner localement en fonction des clusters s’il y en a. » Mais il convient que des facteurs autres que médicaux entrent en jeu dans ce type de décision.

650 millions de Fcfp dépensés pour les tests jusqu’ici

Le Dr Lam Nguyen estime que la stratégie de tests doit être modifiée. Même s’il est possible de compléter la capacité de traitement des tests RT-PCR de l’ILM grâce notamment au CHPF et d’autres structures, il est toujours compliqué de se procurer les produits réactifs, et ces tests sont chers : 25 000 Francs pièce, soit selon ses estimations de 26 000 tests réalisés depuis le début de l’épidémie, 650 millions de Fcfp. Il pose l’hypothèse du passage aux tests antigéniques (les tests « sérologiques ») pour les cas asymptomatiques, plus faciles et rapides à réaliser.

La Polynésie pourrait ainsi mettre plus d’argent dans les masques, dit-il, et « garder fonctionnels et opérationnels nos personnels de laboratoire, parce que depuis le début de l’épidémie, tout le monde est sur les rotules. » Un changement de stratégie de test a été évoqué par Jacques Raynal il y a déjà plusieurs jours, mais n’a pas été précisé depuis. Quant à l’auto-test à J+4, « pour moi il n’a pas de fondement scientifique, dit-il car il n’y a pas de garantie que les gens le fassent correctement.»

Quant au port du masque, le médecin est y est favorable, y compris pour les enfants de moins de 11 ans. « Ça a été fait ailleurs et les résultats sont bons, quand c’est présenté comme un jeu. Apparemment les enfants ont moins de problème avec ce truc-là que les adultes. Il faut essayer parce que je pense que c’est une mesure barrière très efficace et confirmée par les données scientifiques. »

« Comment voulez-vous que les gens comprennent quoi que ce soit ?»

Enfin il rappelle que « on ne connaît pas très bien ce virus. On apprend au fur et à mesure, donc il faut être très modeste. La solution d’hier n’est peut-être pas bonne pour demain, en fonction de la progression de la connaissance médicale. » Le Dr Lam Nguyen n’est absolument pas convaincu par la thèse du Pr Raoult : « Quand on lit ses premiers articles, tout est faux, malheureusement, ou méthodologiquement défaillant. On ne peut rien prouver. Si l’hydroxychloroquine était vraiment efficace, elle serait déjà utilisée partout dans le monde, on se mettrait à en fabriquer en quantité nécessaire tout de suite, ce n’est pas le cas !»

Enfin le Dr Lam Nguyen souhaite que les autorités communiquent mieux :  « En tant que médecin je suis effaré de voir comment les gouvernements ratent leur communication. Comment voulez-vous que les gens comprennent quoi que ce soit ? La cohérence des décisions est nécessaire à l’adhésion de la population. »

Article précedent

2eme décès lié au Covid-19 en Polynésie

Article suivant

Répondeur de 6:30, le 11/09/2020

1 Commentaire

  1. 12 septembre 2020 à 8h59 — Répondre

    « Quant à l’auto-test à J+4, « pour moi il n’a pas de fondement scientifique, dit-il car il n’y a pas de garantie que les gens le fassent correctement. »
    Combien de ces touristes ou locaux qui voyagent sont négatifs alors qu’ils sont positifs si ce test est mal fait…

Laisser un commentaire

PARTAGER

Covid-19 : « La cohérence des décisions est nécessaire à l’adhésion de la population », dit le Dr Lam Nguyen de l’ILM