ACTUS LOCALESÉVÉNEMENT

Daddy Mory : « Je vais mouiller le maillot »

© Radio 1

La voix du groupe Raggasonic, Daddy Mory, sera en concert vendredi soir au Royal Tahitien. Après une première visite en 2004, le chanteur de reggae promet de « mouiller le maillot » pour le public polynésien.

Après un premier concert en 2004, Daddy Mory, du groupe phare de reggae français Raggasonic, est de retour sur « le paradis sur terre ». L’interprète de « Faut pas m’prendre pour un âne » ou encore « J’entends parler du sida » sera en concert le vendredi 21 avril au Royal Tahitien. Daddy Mory a gardé un très bon souvenir de sa dernière rencontre avec le public polynésien « au top et très réceptif » et a donc hâte de le retrouver. Au programme, ses anciens tubes du temps de Raggasonic mais aussi de nouveaux sons extraits de son dernier album « Travail d’artiste ». Quoi qu’il en soit, Daddy Mory compte bien tout donner.

A la veille du concert, jeudi soir, et pour chauffer le public, un show case est organisé au Hélios. L’occasion pour Daddy Mory de rencontrer plusieurs groupes de reggae locaux comme les Irie Locals. Identifié comme l’un des piliers du reggae français, Daddy Mory a un regard très protecteur sur cette nouvelle génération de chanteurs.

Daddy Mory clôture la tournée de promotion de son dernier album et déjà plusieurs projets sont dans les tuyaux. Il est notamment question de la sortie de l’album « Raggasonic 4 » mais aussi d’un opus réservé aux îles du Pacifique… Il s’agira en tout cas du pur reggae Daddy Mory avec des textes inspirés de la vie de tous les jours et de la société comme le titre « Bleu blanc rouge ».

Pratique :

Les billets sont vente au prix de 3 500 Fcfp à Carrefour Arue, Punaauia et Faa’a, à Radio 1 Fare ute et sur la billetterie en ligne. Des places seront également en vente le soir du concert au Royal Tahitien.

Article précedent

JOURNAL DE 07:30 LE 19/04/17

Article suivant

Tatauroscope du jeudi 20 avril 2017

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Daddy Mory : « Je vais mouiller le maillot »