ACTUS LOCALESECONOMIE

Économie : les bons et les moins bons résultats de 2018

L’Institut de la statistique de Polynésie française publie son point de conjoncture du dernier trimestre 2018, donnant ainsi une panorama de l’année dernière dans son ensemble.

Le chiffre d’affaires des entreprises a progressé de 1,9 % par rapport à 2017, porté par le secteur tertiaire. Ce sont en effet le commerce, l’hébergement et la restauration, ainsi que les activités d’information et communication qui ont été les plus dynamiques en 2018.

Côté tourisme,  la Polynésie française a accueilli 216 268 touristes, soit 17 300 personnes supplémentaires. La croisière contribue le plus à la hausse. Les autres types d’hébergement profitent également de la hausse de fréquentation, stimulés par l’arrivée de la concurrence dans le transport aérien. Le nombre de nuitées progresse de 14 % par rapport à 2017. Le tourisme affinitaire s’améliore de 16 % . La petite hôtellerie et la location de vacances ont accueilli 4 000 personnes de plus. Globalement, le chiffre d’affaires des entreprises liées au tourisme augmente de 3.3%.

Les exportations en berne, sauf le poisson

En revanche, la Polynésie a vu ses exportations baisser de 5% en valeur sur l’année 2018. La perle de Tahiti voit son prix au gramme augmenter de 9% – il est aujourd’hui à 600 Fcfp -, mais les exportations de perles sont en baisse de 8%. Les exportations d’huile de coprah chutent de 26% avec la baisse des cours mondiaux. En revanche, les exportations de poissons augmentent de 12 % en valeur par rapport à 2017 grâce un volume exporté qui augmente plus rapidement (+ 23 %). Le prix moyen au kilo, plus élevé, s’établit à 1 116 Fcfp.

Enfin, un chiffre : 5 394. C’est le nombre de voitures particulières immatriculées en 2018, soit une hausse de 10 % par rapport à 2017. Le secteur est en croissance continue depuis 2015.

 

Article précedent

Les Aito Arii ont battu les détenteurs du titre FDI

Article suivant

Hei Tahiti casse les codes

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Économie : les bons et les moins bons résultats de 2018