ACTUS LOCALESECONOMIEEMPLOI

Edouard Fritch devant l’assemblée : le bilan pèse sur les perspectives

©CP/Radio1

L’ouverture de la session administrative a été marquée par le discours de politique générale du président du Pays. Retour sur quelques annonces.

Une année 2021 sous le signe d’une « dynamique déflationniste », après une crise qui a effacé 10% du PIB, soit « l’équivalent des acquis de la croissance depuis 2015 » chiffrés à 75 milliards : c’est le constat rappelé par Edouard Fritch en ouverture de son discours devant l’assemblée de la Polynésie qui ouvrait, ce jeudi matin, sa session administrative.

« Il ne faut pas que les banques traînent les pieds »

Il a donc rappelé les « 4 piliers » de la sortie de crise : plan de relance actuellement chiffré à 78,4 milliards de Fcfp sur 3 ans, vaccination, réouverture des frontières, et utilisation de l’épargne (les dépôts bancaires ont augmenté de 18,6% en 2020, atteignant 631 milliards au 31 décembre dernier). Cette épargne, et la politique monétaire volontariste de l’IEOM, donnent « des capacités d’intervention accrue aux banques pour financer des investissements. Dans ce contexte, j’appelle les banques à soutenir nos entreprises et les ménages dans leurs projets. » Car sur les derniers mois, les mobilisations d’emprunts ont baissé. À la suspension de séance, le président précisait : « Je ne pouvais pas ne pas le faire compte tenu des réserves que nous constatons aujourd’hui (…) Mais je crois que les banques s’y préparent. On va les rencontrer prochainement. »

L’emploi local, un chantier à terminer

Promulguée fin 2019, la loi sur la protection de l’emploi local n’a pas été mise en œuvre pour cause de crise. Le président promet d’avancer « sans tarder » sur les étapes préalables : création au mois de mai de la commission consultative  tripartite de l’emploi local (Pays-syndicats-patronat) et mise en place de l’observatoire de l’emploi au sein du Sefi.

Secteur primaire : halte au coco importé

La mesure ne suffira pas à inverser la balance commerciale, mais elle est hautement symbolique : le président veut interdire l’importation de lait de coco en boite et d’eau de coco en bouteille, ainsi que celle de filets de panga, ce poisson d’élevage en provenance, le plus souvent, du Vietnam.

Deux outils pour les plus fragiles  

Parmi les annonces du président du Pays, la création prochaine de « structures d’insertion sociale par l’activité économique » : elles permettront aux « publics les plus éloignés de l’emploi » de bénéficier d’un contrat en échange d’une activité d’intérêt général.

L’autre outil, à titre expérimental pour 500 familles de Tahiti et Moorea, sera une carte prépayée appelée Auti’a sur laquelle seront regroupées les différents versements d’aides sociales, « pour plus d’autonomie et de dignité pour ls familles en difficulté ».

Modernisation de l’administration : 900 mesures avant la fin de la mandature

Édouard Fritch est revenu sur les efforts de simplification administrative : le dernier séminaire des chefs de service, intitulé « faire simple », doit se traduire par « 126 engagements qui doivent être réalisés avant le 30 juin 2021 et plus de 900 mesures avant la fin de la mandature. »

 

Nuihau Laurey : « On a un vrai problème de visibilité »

©CP/Radio1

« Un discours long, avec beaucoup de généralités, des mesures qui avaient déjà été annoncées par le passé. La simplification administrative ça fait à peu près dix ans qu’on en parle », c’est ainsi que Nuihau Laurey résumait jeudi l’intervention du président Édouard Fritch devant l’assemblée.

En revanche l’ancien ministre des Finances s’interroge sur l’audit de la fiscalité annoncé par le président du Pays avant-hier. « Je crois que c’est le 10e audit en 10 ans. Ça veut dire qu’en Polynésie il n’y a aucun fonctionnaire qui connaît le système fiscal, c’est quand même gênant. » Et il revient sur sa demande récurrente d’exonération d’impôt pour les entreprises les plus touchées.

 

Moetai Brotherson : «Rien de nouveau sous le soleil »

« Il y a des annonces qui n’en sont pas. Il faudra qu’on regarde de près la question de la réouverture des frontières, pour ne pas réitérer l’exploit qui a conduit à la seconde vague de covid.»

 

Le discours d’Édouard Fritch dans son intégralité :

Discours Du Président — Ou…

 

Article précedent

Financement de groupes, collaborateurs, déontologie : l'assemblée se réforme

Article suivant

« Macron nous a accordé une attention particulière », répète Édouard Fritch

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Edouard Fritch devant l’assemblée : le bilan pèse sur les perspectives