ACTUS LOCALESECONOMIE

Fonds national de solidarité : l’État constate de nombreux dossiers mal remplis

Le Haut-commissariat indique dans un communiqué que de nombreuses demandes d’aide de l’État sont incomplètes ou mal remplies. C’est principalement parce que les demandeurs donnent un compte bancaire différent de celui enregistré par la CPS pour l’entreprise en question.

Le premier volet de l’aide de l’État via le Fonds national de solidarité – 180 000 Francs pour les entreprises ou les patentés – est en place depuis le 20 avril. Plus de 2 400 dossiers ont été déposés en ligne.

En revanche, pour l’instant seulement 700 d’entre eux sont en cours de paiement. « De nombreux dossiers font l’objet d’une instruction manuelle car incomplets, indique le Haut-commissariat. De nombreuses demandes d’aide traitées automatiquement ont été temporairement écartées car incomplètes ou mal renseignées. Elles vont faire l’objet d’un traitement manuel lors d’un deuxième examen dans les meilleurs délais possibles. »

Il est possible de déposer une demande au titre du mois de mars jusqu’au 15 mai. Les demandes au titre du mois d’avril sont acceptées depuis ce lundi.

Un accompagnement des entreprises pour constituer leurs dossiers

Face à la montée en puissance des demandes d’aides, la CCISM (numéro : 444 456) et les organisations patronales offrent une assistance en cas de difficultés pour renseigner le formulaire en ligne. La CPME explique que l’une des erreurs fréquentes est la non adéquation entre l’IBAN (identification bancaire) indiqué par le demandeur et les coordonnées bancaires de l’entreprise connues par la CPS.

Les services de l’État sont également mobilisés à Paris et en Polynésie française : la Direction des Finances Publiques répond aux questions à l’adresse suivante : [email protected]. Une foire aux questions peut être consultée sur le site internet du Haut-commissariat dans la rubrique fonds de solidarité.

Le deuxième volet également accessible

Les entreprises peuvent également solliciter l’aide complémentaire prévue au titre du deuxième volet, qui s’adresse à celles qui ont bénéficié du 1er volet  et qui emploient de 1 à 10 salariés (https://www.service-public.pf/covid19-jai-besoin-daide-pour/).

Pour plus d’informations sur le Fonds national de solidarité :

http://www.polynesie-francaise.pref.gouv.fr/Dossiers/Information-COVID-19/Fonds-de-solidarite-aux-entreprises/Presentation-du-dispositif

Article précedent

Reprise des consultations au CHPF et chez les dentistes

Article suivant

Pourquoi les masques jetables sont si chers, et pourraient continuer d'augmenter

1 Commentaire

  1. lesagetahiti
    4 mai 2020 à 18h59 — Répondre

    comment peuvent-ils dire que les dossiers sont mal remplis, alors que le système ne les enregistre pas; je vois mal comment ils vont faire du traitement manuel à partir de rien;

    j’en sais quelque chose: on me retoque parce que l’adresse de la rue doit être alphanumérique;
    de même l’activité exercée doit avoir un code, mais rien ne corrige si on la met en clair, car il n’y a pas de lexique;
    enfin, il faut savoir que l’indicatif BIC correspond à une mention bancaire , outre l’IBAN;
    manifestement, l’adaptation locale est défaillante;

Laisser un commentaire

PARTAGER

Fonds national de solidarité : l’État constate de nombreux dossiers mal remplis