ACTUS LOCALESJUSTICE

Deux ans d’inéligibilité requis contre Moana Greig

© Valentine Bluet

L’ancien ministre de l’Education et candidat du Tahoeraa aux dernières législatives, Moana Greig, et le maire de Ua Pou, Joseph Kaiha, étaient jugés jeudi matin en appel dans l’affaire de la dispense d’enseignement accordée au tavana entre 2010 et 2013. L’avocat général a requis une peine d’un an de prison avec sursis et un an d’inéligibilité contre Moana Greig et d’un an de sursis et un million de Fcfp d’amende contre Joseph Kaiha.

L’ancien ministre de Gaston Tong Sang et candidat Tahoera’a aux législatives, Moana Greig, et le maire de la commune de Ua Pou, Joseph Kaiha, étaient de retour à la barre jeudi matin devant la cour d’appel de Papeete. Moana Greig est accusé d’avoir octroyé une dispense d’enseignement sans raison à Joseph Kaiha entre 2010 et 2013. En effet, l’instituteur et maire s’était vu confier une mission en contrepartie de cette dispense. Mission pour laquelle il n’avait jamais produit aucun document. En première instance, le tribunal avait relaxé les deux hommes politiques estimant qu’il ne s’agissait que d’une inefficience professionnelle, plutôt que d’un détournements de fonds publics. Le parquet avait fait appel de la décision en juin dernier.

Jeudi matin, l’avocat général, José Thorel, a estimé qu’il s’agissait d’un arrangement entre deux hommes politiquement proches. Il a également dénoncé le fait que cette dispense avait été dissimulée au vice-rectorat. « En tant qu’ancien inspecteur, (Moana Greig) savait que l’on ne pouvait pas décharger entièrement un enseignant pour une mission culturelle », s’est étonné l’avocat général. « Le délit est parfaitement constitué », a estimé José Thorel avant de requérir deux ans d’inéligibilité et un an de prison avec sursis contre Moana Greig, ainsi qu’un an de prison avec sursis et un million de Fcfp d’amende à l’encontre de Joseph Kaiha.

Du côté de la défense, l’avocat de Joseph Kaiha, Me Fidèle, a maintenu sa plaidoirie de première instance, en rappelant que son client était reconnu dans le domaine culturel et qu’une telle mission lui avait déjà été confiée par le ministre de l’Education précédent. Pour Me Quinquis, l’avocat de Moana Greig, ce dossier est d’une « incohérence totale » avec « une succession de questions ». Me Quinquis estime que son client avait toutes les compétences pour octroyer cette dispense sans en référer au vice-rectorat.

La décision de la cour d’appel est attendue pour le 2 novembre prochain.

Article précedent

Emile et Joinville condamnés en appel

Article suivant

Futsal: Le Futsal Top NIKE 2017 démarre ce weekend

1 Commentaire

  1. Iritahua
    8 septembre 2017 à 6h27 — Répondre

    Tel père tel fils, un citronnier ne changera pas en oranger.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Deux ans d’inéligibilité requis contre Moana Greig