ACTUS LOCALESECONOMIE

« Le franc CFP, c’est l’euro sans les contraintes »

Au contraire du vice-président, Teva Rohfritsch, et du président du Medef, Olivier Kressmann, le directeur des IEOM, Philippe La Cognata, estime que la Poynésie française a tout à gagner à garder sa monnaie.

Dans un article publié par le site La Tribune en septembre dernier, Teva Rohfritsch se montrait favorable au passage à l’euro : «  Nous avons les inconvénients de la monnaie unique […], et nous ne profitons pas des avantages que procure une monnaie forte. Il est certain que l’adoption de l’euro donnerait un coup de fouet aux investissements étrangers. » Un point de vue partagé à l’époque par le patron du Medef de Polynésie, Olivier Kressmann, mais que ne partage pas le directeur des IEOM (Instituts d’émission d’outre-mer), Philippe La Cognata, de passage à Tahiti à l’occasion des 50 ans de l’Institut. Le franc CFP a une parité constante avec l’euro, ce qui permet notamment de mieux contrôler l’inflation et le niveau des taux d’intérêts – pour éviter de gros mouvements de capitaux, les taux restent proches de ceux de la BCE, même si un écart subsiste. « En réalité, c’est l’euro sans les contraintes », affirme-t-il. Si l’IEOM donne son avis sur la question, tout dépend des gouvernements en place dans la région, explique le directeur général, Hervé Gonsard, également à Tahiti en ce moment.

Pour passer à l’euro, il faudrait obtenir l’aval des autorités européennes. Mais avant cela, il faudrait donc que la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française et Wallis et Futuna souhaitent abandonner le franc Pacifique en même temps, or les situations sont bien différentes d’un territoire à l’autre. Et même s’il y « a toujours eu ici une ouverture au sujet », comme le dit Philippe La Cognata, « les autorités polynésiennes ne nous ont pas fait part » de leur désir de passer à l’euro, souligne Hervé Gonsard. Enfin, si la dévaluation de moitié du franc CFA en 1994 a pu marquer les esprits des investisseurs en Afrique, la stabilité du franc Pacifique semble solide.

Article précedent

Tong Sang et Roomataaroa font aussi appel

Article suivant

Pourquoi les frais bancaires sont si élevés au fenua

2 Commentaires

  1. MDR
    9 février 2017 à 7h37 — Répondre

    René, ou es-tu…. Renéééé…

  2. microstring
    9 février 2017 à 10h36 — Répondre

    Un relent de l’histoire colonialiste de la France ce Franc Pacifique…

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

« Le franc CFP, c’est l’euro sans les contraintes »