ACTUS LOCALESECONOMIE

Le Pays va racheter les parts d’EDT dans la TEP

C’est un dossier qui arrive au terme de longues négociations. Le Pays et la banque Socredo s’apprêtent à racheter dans les prochains mois les 39% d’EDT dans le capital de la société de transport d’énergie électrique en Polynésie (TEP).

Le dossier est sur la table depuis bientôt un an. Dans le cadre de son plan de transition énergétique, l’ancien vice-président, Nuihau Laurey, avait demandé à ce qu’EDT sorte du capital de la TEP pour rendre la société plus indépendante vis-à-vis du principal fournisseur et producteur d’électricité du territoire. Actuellement, la TEP est détenue à 51% par le Pays, 39% par EDT, 5% par la filiale de la Socredo OCI et 5% par l’AFD. Le Pays et EDT-Engie sont tous deux d’accords sur le principe de cette sortie du capital du groupe producteur et distributeur d’électricité. Le prix de vente des parts a été expertisé. Restait à trouver un acquéreur. Et sur ce point, le ministre de l’Energie, Heremoana Maatuaiahutapu, a indiqué jeudi en séance à l’assemblée : « Le Pays rachètera une partie des parts ». Une partie seulement, puisque le statut de société d’économie mixte de la TEP l’empêche d’être détenue à plus de 85% par le Pays.

La Socredo avant la CDC

Comme Radio 1 l’avait révélé il y a quelques mois, le ministre a confirmé jeudi l’intérêt de la Caisse des dépôt et consignation (CDC) pour entrer au capital de la TEP. Problème, la procédure avec la CDC prend du temps et le gouvernement et EDT veulent avancer. Selon nos informations, la solution qui a été trouvée est donc de faire racheter dans les prochains mois les 39% d’EDT dans la TEP par le Pays et par la banque Socredo. La Caisse des dépôt et consignations pourra intervenir dans un second temps en rachetant les parts du Pays ou de la banque. En attendant, la TEP deviendra bientôt une entité détenue uniquement par le Pays, la Socredo et l’AFD.

Article précedent

Une quarantaine de policiers manifestent à Papeete

Article suivant

Tatauroscope du mercredi 26 avril 2017

5 Commentaires

  1. IB
    26 avril 2017 à 7h02 — Répondre

    ENFIN !

  2. Iritahua
    26 avril 2017 à 7h26 — Répondre

    Pourquoi on ne demande pas aux porteurs locaux de participer au début de la création du TEP? On met des requins, puis on rachète leurs parts pour combien. Eh voila encore les contribuables que l’on pompe par nos dirigeants. Avec EDT l’enveloppe glisse mieux, nos porteurs locaux NADA.

    • IB
      26 avril 2017 à 8h53 — Répondre

      La TEP existe déjà depuis un moment. Seulement, ses actions étaient détenues à 51% par le Territoire et 39% par EDT (comme l’indique l’article, et le reste également). C’est une bonne chose que le pays rachète les parts d’EDT car la TEP pourra enfin être totalement indépendante d’EDT. Ce n’est pas une petite société où n’importe qui peut acheter ses actions puisque justement, ces dernières valent énormément (notamment les parts que détiennent EDT).

  3. 26 avril 2017 à 7h34 — Répondre

    C’est ki ki veut gagner des milliards ? Le gouvernement imprime les billets de banque ? Il n’y a pas d’argent pour les sinistrés qui poirotent en attendant leurs aides et que certaines au tapura leur fasse du chantage aux voix pour que leur dossier passe …
    Par contre dès que c’est EDT c’est la danse des canards et des milliards. Nuihau est sorti par la porte et il revient par la fenêtre dans les conseils d’administration où le gouvernement impose ses lascars à milliards. C’est si peu surprenant que ce gouvernement est choisi Macro comme nouvelle égérie. L’embrouille ça les connait et ils touilleront la ratatouille, copains comme cochons. Beurk.

  4. teriivaea
    26 avril 2017 à 14h39 — Répondre

    Il ne faut pas oublier que le rapport CRE d’octobre 2015 sur lequel le gouvernement prétend s’appuyer en la matière, s’il avait certes, pour des raisons évidentes de conflit d’intérêt potentiel, préconisé de sortir EDT du capital de la TEP, ce rapport avait surtout proposé de remplacer EDT par « une entreprise de référence du secteur » (en l’occurrence RTE qui en France gère le réseau de transport d’électricité). Cette solution avait le double avantage de ne pas peser sur le contribuable polynésien et d’apporter une expertise technique impartiale en la matière qui soit indépendante d’EDT. On peut craindre (et la lecture du récent rapport, manifestement dicté par EDT, de la commission d’enquête APF de A. Perez justifie malheureusement ces craintes) que ce soit encore en réalité l’expertise et les intérêts d’EDT ENGIE qui continueront à s’imposer dans les décisions prises en conseil d’administration de la TEP par les représentants du Pays.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Le Pays va racheter les parts d’EDT dans la TEP