ACTUS LOCALESJUSTICE

Le référé expulsion de Miri plaidé le 18 septembre

Le juge des référés a renvoyé lundi matin à la semaine prochaine, « pour plaidoirie », le référé demandant l’expulsion de l’activiste foncier, Joinville Pomare, des terrains de Miri à Punaauia. De son côté, Joinville Pomare a consenti à laisser travailler une entreprise de réseaux sur les terrain qu’il occupe.

Une nouvelle fois, le juge des référés a renvoyé au lundi 18 septembre prochain la demande d’expulsion de Joinville Pomare des terrains de Miri à Punaauia. Mais cette fois-ci, le juge a renvoyé l’audience « pour plaidoirie ». Ce qui signifie que les avocats échangeront leurs arguments la semaine prochaine, avant que l’affaire ne soit mise en délibéré.

De con côté, Joinville Pomare continue de bloquer l’accès aux terrains de Miri, sur les hauteurs du Lotus à Punaauia. L’activiste a néanmoins consenti à laisser passer une société de réseaux qui doit poser des conduites. « Ça fait du travail pour les ouvriers, on n’est pas là pour les empêcher de travailler », expliquait lundi matin Joinville Pomare.

Article précedent

Appel à témoin après un accident à Punaauia

Article suivant

L’aide à l’investissement des ménages augmentée et relancée

5 Commentaires

  1. Chaval
    12 septembre 2017 à 5h23 — Répondre

    Et allez ça continue, de renvoi en renvoi on ira ainsi au bout de « RIEN », car cette affaire est pourrie et aucun tribunal ne prendra une décision. Pauvres propriétaires qui continuent à rembourser les banques et qui rêvent encore, mais est-ce certain, à leur beau fare qui ne verra peut-être jamais le jour. Merci encore à ce comique de roi des enquiquineurs (pour être poli), et qui devrait être en cabane depuis des années.

  2. Iritahua
    12 septembre 2017 à 7h22 — Répondre

    Comment la SNC a pu acquérir autant de superficie. IN-CRO-YA-BLE.

  3. Chaval
    12 septembre 2017 à 9h54 — Répondre

    Et Pomare comment a-t-il fait? Incroyable également car lui s’appuie sur des textes qui ont plus de 150 ans en prétendant qu’il est un descendant de la famille royale des Pomare, ce gars là est un usurpateur et un magouilleur. Mais il me semble que la reine Pomare avait cédé et mis son royaume sous protectorat Français, mais bon ce que j’en dit …

    • Malabarzzz
      12 septembre 2017 à 14h09 — Répondre

      Idiot tu ne connais rien dans l’affaire. Cela fait plus de 30 ans que cette affaire est devant la justice. Tout les acheteurs et notaires savaient qu’un conflit Foncier était devant la justice et cela bien avant que Miri, Barbion et compagnie arrive mem à Tahiti !!! Il ne faut pas pleurer maintenant !!! Occupe-toi de tes affaires et laisse la justice travailler. Remercier les gouvernement Flosse au passage pour toute cette merde autour du Foncier à Tahiti. Les Français n’ont rien à en Polynésie tous des voleurs qui ont manipuler les écrits et les lois pour leur intérêt personnel.

  4. Chaval
    13 septembre 2017 à 17h59 — Répondre

    @MALABARZZ, tes arguments sont les tiens, mais ils sont surtout extrêmement racistes et grossier, tes insultes l’apanage des cerveaux vides et haineux tout droits sortis de la secte d’un certain monsieur qui encaisse le fric chaque mois de cette France qu’il abomine, mais il est vrai que l’argent n’a pas d’odeur…ni de couleur. Tu fais honte aux Polynésiens et à leur culture de l’accueil.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Le référé expulsion de Miri plaidé le 18 septembre