ACTUS LOCALESECONOMIEINTERNATIONAL

L’importation toujours en crise : « +25% sur le prochain arrivage de ciment »

Gérard Siu. MB/Radio1

Après deux ans de crise Covid, le BTP subit encore la hausse des prix de l’importation. Radio1 a interrogé Gérard Siu, directeur général d’un des principaux importateurs de matériaux de construction du fenua. En ce début d’année, le prix du ciment qui était préservé par des contrats de longue durée va augmenter de 25%. 

Depuis le début de la pandémie, les produits importés s’éclipsent tour à tour des rayons des commerces de Polynésie française. Les matériaux de construction ne sont pas épargnés : la plupart des chantiers sont ralentis par des problèmes d’approvisionnement. Radio1 a interrogé Gérard Siu, directeur général d’un des principaux importateurs du fenua. Il est revenu sur les causes de ces perturbations suivant les différents matériaux. L’exonération des droits et taxes d’importation pour l’année 2022, décidée par le gouvernement, ne suffira pas à contenir la hausse des prix.

Des « projections d’achat à plus court terme »

Les éléments dont les prix ont le plus augmenté, ce sont les produits en fer surtout lorsqu’ils viennent d’Asie. De nature et d’origine très variées, ils sont d’ordinaire commandés en petite quantité et l’impact de la crise a fait augmenter leur prix davantage que pour d’autres produits. Certains « racks », étagères en métal ouvragé vendues par l’enseigne ont vu leur prix à l’importation multiplié par trois. Pour ne pas arranger les choses, le prix de l’énergie lui aussi en augmentation a un impact non négligeable, explique Gérard Siu. Difficile de temporiser sur tous les produits.

À l’opposé, le ciment est une valeur sûre. Mais voilà, si les volumes d’importation étaient restés importants et que le prix à la tonne avait diminué, les contrats négociés il y a deux ans touchent à leur fin pour l’entreprise de Gérard Siu. 2022 va donc voir le prix du ciment augmenter de 25%. Ce décalage, le chef d’entreprise l’explique par le fait que tout le ciment importé en Polynésie provient d’une ou deux usines et que le marché est donc beaucoup plus stable. À présent, les conséquences de ces deux dernières années sont répercutées sur les nouveaux contrats.

Beaucoup de chantiers sont retardés de plusieurs mois, voire annulés chez les particuliers. Pour cause, Sur les deux dernières années le prix du transport de matériaux vers la Polynésie a augmenté de 20 à 30% et les délais ont été multipliés par deux en moyenne, surtout lorsqu’ils proviennent d’Asie. À Tahiti plus que sur un continent, l’heure est au changement pour une économie « plus endogène » selon le chef d’entreprise.

Article précedent

La minute de l entrepreneur 24/01/22

Article suivant

Voies maritimes recommandées : comment ça marche ?

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

L’importation toujours en crise : « +25% sur le prochain arrivage de ciment »