ACTUS LOCALESECONOMIE

Mesures fiscales sur les vins et champagnes, les livres et le matériel de sécurité civile

© Radio 1

Trois nouvelles mesures fiscales à l’importation ont été présentées mercredi en conseil des ministres. Il s’agit notamment de la modification de l’exonération bénéficiant aux hôtels et restaurants conventionnés.

Le vice-président, Teva Rohfritsch, a présenté mercredi matin en conseil des ministres trois nouvelles mesures fiscales à l’importation « pour soutenir la restauration, le secteur de l’édition, et les organismes de sécurité civile ».

Pour la restauration d’abord, dans le cadre de la réforme modifiant la fiscalité sur les vins et champagnes applicables au 1er avril, il est proposé « de modifier l’exonération dont bénéficiaient les établissements conventionnés de l’hôtellerie et de la restauration ». Selon la communication du compte-rendu du conseil des ministres, cette exonération permettant « de proposer des tarifs concurrentiels par rapport aux autres destinations touristiques » va évoluer pour « favoriser les vins et champagnes de meilleure qualité par rapport  aux alcools bas de gamme ». Des alcools « nocifs pour la santé », précise le communiqué.

Concernant le secteur de l’édition, les livres vont être exonérés de TVA, « afin de soutenir le secteur en difficulté, et de faciliter l’accès de tous les Polynésiens à la lecture ».

Enfin, une nouvelle exonération douanière concernant l’importation de biens pour les victimes de catastrophes naturelles a été accordée aux organismes titulaires de l’agrément national de sécurité civile, comme l’Union national des secouristes et sauveteurs et la Croix Rouge. « Ces organismes peuvent intervenir à la demande du Pays en cas de catastrophe naturelle, et donc sauver des vies ».

L’assemblée de Polynésie se prononcera en avril prochain sur ce projet de réforme, « pour une application dans les semaines suivantes ».

Retrouvez ci-dessous l’intégralité du conseil des ministres :

Article précedent

Premiers examens pour la licence multi-transports aux Marquises

Article suivant

Flosse demande l’annulation de sa mise en examen dans l’affaire du Ranelagh

1 Commentaire

  1. 14 mars 2019 à 7h22 — Répondre

    Le champagne il est vrai n’est pas une boisson que l’on ingurgite quotidiennement, l’alcool étant nocif dont on va vers une qualité meilleure, mais ce qui est nocif ici en Polynésie c’est la consommation effrénée de bières, et de vin en cubi, de la cochonnerie à la portée de tous. Quand on voit le prix d’un litre de jus de fruits, le picrate est plus abordable

Laisser un commentaire

PARTAGER

Mesures fiscales sur les vins et champagnes, les livres et le matériel de sécurité civile