ACTUS LOCALESECONOMIE

Nouveau logiciel, délais réduits, et bientôt services dématérialisés à la DTT


La direction des transports terrestres, qui s’appuie aujourd’hui sur une multitude de registres, souvent anciens et pas tous informatisés, va se doter d’un nouveau système de traitement des dossiers. Baptisé Utara’a, il doit simplifier les démarches et réduire les temps de traitement. La migration implique une fermeture de plusieurs services la semaine prochaine.

« Obsolètes ». Pour le responsable de la section des véhicules de la DTT, aucun doute, la vingtaine de fichiers informatiques et registres manuels accumulés au fil des années pèse sur l’activité. Trop lourds, trop complexes : les procédures de traitement des dossiers sont aujourd’hui « dépassées ». Un constat fréquemment partagé par les usagers, plus que conscients des délais importants que demande le traitement des quelque 70 000 documents qui transitent ou sont émis par la direction des transports terrestres chaque année.

Pour réduire ces délais et faciliter le travail des agents, voilà déjà trois ans qu’un plan de modernisation et de numérisation a été lancé. Un chantier qui va connaître une première concrétisation d’ici le 1er juin. À cette sera mise en fonction la première version de l’application métier Utara’a. « Ca revient à unifier et à simplifier toutes nos procédures en matière de traitement des dossiers », explique le responsable André Putoa, responsable de la section des véhicules.

Formation des agents, mise à jour des logiciels et du matériel, saisie de documents papiers, nettoyage des fichiers, où les doublons sont fréquents… La mise en place de ce nouveau système, préparée depuis de longs mois, implique beaucoup de travail à la DTT. Et il faudra du temps avant que le chantier, dans lequel 240 millions de francs a été investi par le Pays, touche toutes les activités de la direction. Mais la migration de la section des véhicules, le 1er juin, implique un effort particulier : certains services, dont les demandes d’immatriculation et de transferts ou de duplicatas de cartes grises notamment, vont être fermés du mardi 25 mai jusqu’à 1er juin. Sur la période, un seul guichet sera ouvert, de 7h30 à midi pour les délivrances de cartes grises, de cartes violettes ou pour l’homologation des casques et systèmes de sécurité.

De « nouveaux services » à l’étude

Une perturbation importante pour une « nette amélioration », assurent les responsables. D’abord parce que le temps de traitement des dossiers va être amélioré : la DTT devrait être en mesure de délivrer les cartes grises en 5 jours après la vente des véhicules. Et de prévenir automatiquement l’usager par mail lorsque son document sera disponible. Le nouveau système, qui va petit à petit être étendu à toutes les activités de la DTT, « ouvre beaucoup de possibilités », pointe Lucien Pommiez, le directeur des transports terrestres et « va même permettre de proposer de nouveaux services ».

Utara’a devrait notamment permettre de sécuriser les données techniques et personnelles, d’assurer une « meilleure transparence dans le suivi de l’instruction des demandes », de faciliter la compilation de statistiques ou de données pour l’administration ou les professionnels… À terme, le nouveau système doit permettre de lancer une « interface de traitement informatisée des immatriculations neuves », une procédure connue pour ses délais importants aujourd’hui. Mais aussi, côté particuliers, de dématérialiser complètement certaines procédures. Ce qui évitera un déplacement à ceux qui préfèrent les formulaires internet aux files d’attente au guichet.

 

 

 

Article précedent

Levée des motifs impérieux le 9 juin : "surprise" et "soulagement"

Article suivant

Recette du jour : Bœuf sauté à la chinoise

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Nouveau logiciel, délais réduits, et bientôt services dématérialisés à la DTT