ACTUS LOCALESECONOMIESOCIÉTÉTOURISMETRANSPORTS

Levée des motifs impérieux le 9 juin : « surprise » et « soulagement »

© DR

Le ministère des Outre-mer a confirmé la suppression des motifs impérieux entre l’hexagone et le fenua pour les personnes vaccinées à compter du 9 juin. Une décision qui a « soulagé » et qui a « surpris », dans le milieux économiques et médicaux, après la pression mise par le ministre de l’Outre-mer Sébastien Lecornu pour atteindre 70% de personnes vaccinées avant la réouverture des frontières.

C’est le soulagement. Tous sont satisfaits de cette annonce du ministère des Outre-mer de lever les motifs impérieux entre la Polynésie française et la métropole pour les personnes vaccinées à partir du 9 juin. « Je sais l’engagement du Pays pour amplifier la campagne de vaccination. C’est pourquoi, nous avons décidé, après échange avec le président Édouard Fritch, de lever les motifs impérieux entre l’Hexagone et l’archipel, et d’alléger les mesures d’isolement, pour les personnes vaccinées à partir du 9 juin », a expliqué le ministre des Outre-mer dans un communiqué envoyé ce mercredi aux rédactions.

ATN promet d’être réactif

Du côté des patrons, du tourisme, des transports aériens, du syndicat des médecins libéraux : c’est une bonne surprise. Michel Monvoisin, P-dg d’Air Tahiti Nui, espère pouvoir ainsi voir la haute saison « sauvée ». D’autant que l’annonce tombe au bon moment car Tahiti Tourisme tient le premier ParauParau Tahiti virtuel avec les professionnels du tourisme jusqu’à vendredi. Une date pourra donc être officiellement annoncée.

Concernant les conditions et tout ce qu’il faudra mettre en place pour accueillir les visiteurs, Michel Monvoisin assure que la compagnie a appris à être réactive donc le sera : « En fonction des protocoles, on s’adaptera et on les appliquera au mieux. L’important est de remplir les avions, les hôtels, les pensions et redonner du travail à toute l’industrie touristique qui n’attend que ça. » Olivier Kressmann, vice-président du Medef, est également soulagé de cette décision, mais il reste encore des questions en suspens. Celle des enfants qui ne peuvent pas encore se faire vacciner, en Europe comme en Polynésie. Et celle des motifs impérieux pour les États-Unis, maintenus malgré l’acceptation des motifs économiques (tourisme, voyage), et qui amène une « lourdeur terrible » sur les préparations de voyage.

« Couac de la communication »

Pour Dr Didier Bondoux, c’est d’abord une bonne nouvelle, mais surtout une surprise après les annonces du ministre de l’Outre-mer. Le président du syndicat des médecins libéraux avait même adressé un courrier au ministre des Outre-mer, estimant que les restrictions de voyage vers la métropole s’apparentaient à un « maintien à résidence forcée des Polynésiens, discriminatoire et injuste ». Le Dr Bondoux parle même de « couac de la communication » sur ce revirement de situation.

Pour le vice-président du Medef, si le ministre des Outre-mer a beaucoup insisté sur la vaccination, c’est qu’il faisait part « d’une déception ». Ce n’est donc pas forcément contradictoire avec la décision annoncée ce mercredi.

Crainte d’une nouvelle vague

Christophe Plée, président de la CPME, prévient qu’il faudra que la structure sanitaire soit opérationnelle pour accueillir les visiteurs. « C’est une bonne nouvelle et un grand chamboulement… » Mais il s’inquiète aussi d’une possible énième vague.

Mais Dr Bondoux pense que les conditions sont réunies pour qu’il n’y en ait pas : « Même si le risque zéro n’existe pas, on a de grandes garanties d’éviter une nouvelle vague. »

Enfin, Frédéric Duponchel qui avait lancé une pétition pour lever les restrictions de voyage vers la métropole à partir du 9 juin, est satisfait. Un message a été envoyé à l’ensemble des pétitionnaires et la démarche a été stoppée.

Les protocoles sanitaires (tests) restent en vigueur, et conformément au protocole sanitaire local, les voyageurs vaccinés seront dispensés de quarantaine à l’arrivée sur le territoire de la Polynésie française. Un test PCR négatif de moins de 72 heures avant le départ vers la Polynésie française continuera à être exigé.

Article précedent

La minute de l'entrepreneur 19/05/2021

Article suivant

Nouveau logiciel, délais réduits, et bientôt services dématérialisés à la DTT

1 Commentaire

  1. l'Abeille
    20 mai 2021 à 6h57 — Répondre

    Mesure discriminatoire sans aucun doute. Qd tu dois attendre six mois avant de te vacciner, comment tu fais?

Laisser un commentaire

PARTAGER

Levée des motifs impérieux le 9 juin : « surprise » et « soulagement »