ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Pénurie à Tubuai : le gouvernement tape sur les médias

© Radio 1

Le ministre des Transports, Luc Faatau, considère qu’il y a eu trop de « contre-vérités » dans le traitement du problème relatif à la pénurie aux Australes. Il affirme que le Pays a « tout fait » pour que les Australes ne se retrouvent pas dans cette situation. « C’est le seul qui a fait quelques chose. (…) Nous sommes prêts à envoyer un troisième bateau s’il le faut », lâche le ministre qui dénonce une manipulation « politique ».

Le ministre des Transports, Luc Faatau, et le ministre de la Santé, Jacques Raynal, ont invité les médias mardi matin à la présidence pour faire un point « exclusivement basé sur la desserte des îles Australes et plus particulièrement sur Tubuai, qui a fait énormément de bruit ». « Nous sommes là pour dire notre version des faits », affirme le ministre des Transports qui estime qu’il  y a eu trop « de contre-vérité (…). Cela m’a l’air un peu politisé ». Selon le ministre des Transports, le gouvernement a « tout » mis en œuvre pour pallier ce problème de pénurie aux Australes. Il accuse même les médias de travailler « contre » le gouvernement. « Nous avons la certitude que nous avons deux journalistes anti-Tapura très clairement affichés ».

Concernant la pénurie de gazoil à Tubuai, le ministre des Transports ne comprend pas pourquoi l’île n’a toujours pas de stockage de carburant, « surtout lorsqu’on a un parc véhicules aussi gros ». Luc Faatau dit regretter que le tavana de l’île, Fernand Tahiata, également employé de l’équipement, n’ait pas franchi le pas pour demander au gouvernement d’utiliser les 16 000 litres de carburant stockés dans leur atelier. « L’équipement est disposé à lui prêter ce stock pour que les bus scolaires ne soient pas parqués au garage », affirme Luc Faatau pour qui ce dossier est purement « politique ».

Article précedent

Vincent Cassel défend Gauguin et relance la polémique

Article suivant

Coupe Tahiti Nui: On connaît le programme des 1/8ème de finale

4 Commentaires

  1. Warning sign
    4 octobre 2017 à 6h54 — Répondre

    Tout comme sa position de ministre: purement politique. Pas bon à grand chose à part faire la sieste pendant ses heures de service à l’époque. Un cadre qui n’a jamais montré l’exemple, une honte et ce gouvernement est une vitrine des incompétents notoires qui ont sévi dans les services grâce à leurs amitiés politiques et qui sévissent comme ministres. Il n’est pas le seul.

  2. Iritahua
    4 octobre 2017 à 7h19 — Répondre

    Je ne sais comment il est ministre, toujours la faute aux autres.Même pas foutu d’anticiper le problème. La pièce mettra 2 à 3 mois pour la réception, pourquoi avoir attendu aussi longtemps pour que le TP4 met à disposition de la population, le Territoire ne faisait rien entre temps si les médias ne sont pas intervenus.

  3. Teiva 33
    4 octobre 2017 à 8h58 — Répondre

    C’est sur que c’est politique toute cette histoire !!! Tahiata, à la même méthode qu’Oscar !!! Faire croire que SA population est dans cette situation parce qu’il n’est pas du même bord politique que ceux qui gouverne !!!
    C’est la faute du Gouvernement si le Tuhaa Pae est en panne ?
    J’ai jamais vu autant d’hypocrisie de la part des journalistes de Polynésie Première !!! Exécrable la méthode !!!
    Quand dans certaines îles des Tuamotu, il n’y a plus d’eau ou de carburant, Polynésie 1er n’en fait pas LE reportage du siècle et n’envoie pas 2 journalistes sur place pour faire tout un patacaisse !!! Mais, il est vrai que c’est pas intéressant,quand c’est les Tuamotu !!!

  4. Teina
    4 octobre 2017 à 13h33 — Répondre

    Luc, arrête d’accuser les journalistes responsables du bordel actuel aux Australes. N’accuse pas aussi le Tavana de Tubuai d’incompétence car je m’interroge sur l’absence de réaction de ton administration de l’archipel, en particulier de la Tavana Hau. Est elle malade pour expliquer son silence? Je pense plutôt qu’elle est débordée et incapable de coordonner les mesures d’urgence.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Pénurie à Tubuai : le gouvernement tape sur les médias