ACTUS LOCALESCULTUREECONOMIEEMPLOI

Point d’étape entre Christelle Lehartel et les professionnels de l’audiovisuel subventionnés

©MB/Radio1

Ce jeudi la ministre Christelle Lehartel a invité trois producteurs de contenu audiovisuel de Polynésie à présenter les bénéfices du dispositif de soutien à la création cinématographique et audiovisuelle (SCCA). C’était l’occasion pour les professionnels de discuter des perspectives d’avenir pour le secteur et de faire des suggestions au gouvernement. 

À quelques mois de la fin de mandature, la ministre de l’Éducation et de la Modernisation de l’administration en charge du Numérique a rassemblé quelques bénéficiaires du dispositif de Soutien à la création cinématographique et audiovisuelle (SCCA) dans les locaux de la Polynesian Factory. Elle tenait à « affirmer le soutien et l’accompagnement du Pays » à ce secteur économique. Entre 2015 et 2021, 297 dossiers de demande sur 376 ont reçu une réponse favorable pour un montant global de 836 117 346 francs, répartis entre 60 entreprises. Trois d’entre eux ont témoigné de la nécessité pour le secteur de trouver des financements. André Vohi, producteur de magazines et de documentaires, était aux côtés de Laurent Jacquemin de la société Archipel Production, coproducteur du film de long métrage Pacifiction : Tourment des îles très remarqué au 75e Festival de Cannes, et aussi de Manea Manet, coproducteur de séries de fiction locale avec la société Lucid Dream.

Le dispositif d’aide a « évolué selon les besoins du secteur » explique la ministre. Dans ses début il était destiné à « professionnaliser le milieu », tandis qu’aujourd’hui il encourage d’avantage la création audiovisuelle et cinématographique. En 2022 le dispositif connaît plusieurs évolutions avec l’objectif de de proposer un « soutien plus équitable, avec de meilleurs garanties de retombées économiques, tout en accentuant la recherche de qualité, d’originalité et de création ». Suite à la première commission en mars 2022, 36 dossiers sur 54 ont été aidés pour une somme de 129 900 000 de francs en tout. « C’est la première fois que le dispositif aide 3 longs métrages sur une seule année », indique le communiqué.

Des rêves et des promesses ?

La ministre a profité de cette rencontre pour recueillir l’avis des professionnels sur la mise en place d’un établissement ou d’un centre de formation dédié à l’audiovisuel en Polynésie. Le besoin en personnel qualifié est réel selon eux, en revanche la ministre entend plutôt mettre en place des formation spécifiques de type BTS ou en alternance via le « dispositif apprentissage » déjà utilisé au service de l’emploi. Le développement de la production cinématographique ne semble pas plus important actuellement mais la demande de soutien dans ce sens des professionnels est là. Le plus jeune des trois producteurs suggère la mise en place d’un espace de tournage qui pourrait être loué à « des productions internationales mais aussi aux producteurs locaux ». Pour André Vohi, c’est la mise en valeur du patrimoine polynésien qui devrait être soutenue. Du côté d’Archipel Production, et de la Fédération de l’audiovisuel, on attend toujours la concrétisation du bureau d’accueil des tournages proposé lors du dernier Fifo. Pour Christelle Lehartel, c’est la question de l’emploi local et des bénéfices qu’en tire le Pays qui reste la plus importante. Sur un montant moyen de l’aide de 3 322 545 francs, « la part de dépenses locales dans le budget global est en moyenne de 40,73% ».

Les 15 initiatives sélectionnées pour les « Trophées du numérique » en formation au Pitch

L’édition 2022 du concours sur l’innovation numérique dénommée « Trophées du numérique » a été lancée au mois de juin dernier, et 15 initiatives ont été validées par le jury pour passer à l’étape suivante de ce concours.

La nouveauté de cette année est le module de formation proposé aux 15 nominés en partenariat avec la Chambre de commerce, d’industrie, de services et des métiers (CCISM), ce qui leur permettra de s’entrainer au « pitch » (théorie et pratique) dans le but de présenter leur projet aux membres du jury, à la fin de du mois de septembre 2022.

Avec communiqué.

©Présidence

 

Article précedent

La minute de l entrepreneur 22/09/22

Article suivant

Maupiti : la chambre territoriale des comptes pointe l'amateurisme de la gestion communale

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Point d’étape entre Christelle Lehartel et les professionnels de l’audiovisuel subventionnés