ACTUS LOCALESECONOMIE

Requins, wwoofing, ciel étoilé… Des contributions à la prochaine stratégie touristique


Fariiraa Manihini 2025 doit remplacer la stratégie touristique 2015 – 2020 arrivée à son terme. Une nouvelle feuille de route en partie issue d’une plateforme collaborative, et dont la « structure » est déjà actée. Le plan d’action, lui, devrait être finalisé d’ici le mois de février. 

Lancés dès 2019, et plusieurs fois retardés, les travaux d’élaboration de Fariiraa Manihini 2025 ont dû s’adapter au contexte sanitaire. Ainsi, la « co-construction » voulue par le Pays s’est principalement appuyée sur la plateforme collaborative FM25.pf ouverte en octobre dernier aux acteurs du secteur, mais aussi aux Polynésiens qui voudraient apporter leur pierre à l’édifice. Le résultat est « mitigé », expliquent les coordinateurs du projet, la crise n’ayant pas aidé à mobiliser les participants. Mais une soixantaine d’idées de projets et thèmes de travail ont tout de même été identifiés. À cela s’ajoutent, les propositions des acteurs institutionnels du tourisme, bien sûr, et les contributions complémentaires comme la stratégie touristique élaborée par la commune de Bora Bora ou les travaux spécifiques du Centre d’étude sur le tourisme Océanie – Pacifique, dépendant de l’Université.

Vendredi et lundi, la commission de cadrage de Fariiraa Manihini 2025, rassemblant une trentaine de membres, s’est réunie pour analyser ces contributions. « La structure est là », pointe donc Warren Dexter en charge de la coordination. Le plan d’action, lui, devrait être sur la table « à l’échéance de fin janvier, début février ».

« Fariiraa Manihini 2025 sera dans la continuité de la précédente feuille de route », appuie le gouvernement. La stratégie de développement touristique 2015-2020 et ses 134 actions avaient été « initiés ou mise en oeuvre à 89% en 2019 », entre autres grâce à l’appui de 3,6 milliards de francs issus du Fond européen de développement (FED). Mais la nouvelle, elle, va entrer en application dans un contexte radicalement transformé par la crise Covid. « L’objectif, c’est aussi de tirer les enseignements de la crise passée », assure Warren Dexter. L’ébauche de FM2025 parle déjà de « tourisme inclusif », de « croissance partagée », de « répartition cohérente des flux dans les îles », de respect de l’environnement ou de la culture du fenua… Reste à savoir comment les mots se concrétiseront dans l’action des autorités.

On sait seulement, parmi les 67 chantiers qui ont été identifiés, que beaucoup visent à diversifier l’offre, les provenances de touristes… Et donc de ne plus être tributaire d’un seul marché. Warren Dexter parle d’un investissement sur l’écotourisme, et le développement de produits de niche : « tourisme de requins » et « tourisme du ciel étoilé », qui « représenteraient un potentiel important d’après les spécialistes », ou Wwoofing, c’est à dire participation volontaire dans des exploitations agricoles polynésiennes…

Avec communiqué

 

 

Article précedent

La minute de l'entrepreneur 20/01/2021

Article suivant

Recette du jour : Gaufres aux carottes, curry et petits pois

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Requins, wwoofing, ciel étoilé… Des contributions à la prochaine stratégie touristique