ACTUS LOCALESSOCIÉTÉ

Terrorisme : « La Polynésie n’est pas une cible »

© Khadidja Benouataf

© Khadidja Benouataf

La ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin, a confirmé mercredi matin l’extension de l’état d’urgence aux outre-mer français. Mais cette mesure ne concerne pas les collectivité du Pacifique que sont la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française et Wallis et Futuna qui restent en « Vigipirate renforcé ».

Même si ce sont des « démarches délirantes » qui animent les terroristes, la ministre estime que « la Calédonie et la Polynésie, qui sont beaucoup plus loin, ne sont pas des cibles pertinentes dans ce type de démarche ».

Interrogée sur l’inquiétude des Polynésiens après la tentative d’installation de l’imam radical salafiste en 2013, la ministre répond qu’elle connaît parfaitement le dossier et que « la réaction de la population a été telle que cette personne a été isolée et n’a pas pu se fondre dans la masse et remplir ses objectifs ».

L’extension de l’état d’urgence outre-mer fait notamment suite à l’identification d’un djihadiste originaire de la Réunion, dont la voix a été reconnue sur le message de revendication de Daesh pour les attentats perpétrés à Paris le 13 novembre dernier. Une centaine d’ultra-marins auraient été séduits par les sirènes du djihad. Quelques « illuminés », mesure la ministre, « contre lesquels il faut collecter des informations et se défendre ».

Article précedent

Un deuxième recours contre la commission d'enquête

Article suivant

Judo « Critérium de Polynésie » : la journée remporte un vif succès !

1 Commentaire

  1. Maire
    19 novembre 2015 à 14h46 — Répondre

    ALLEZ criez encore plus fort comme ça ils vont le savoir qu’ils peuvent venir ici tranquillement vraiment des vrais c… Ce gouvernement

Laisser un commentaire

PARTAGER

Terrorisme : « La Polynésie n’est pas une cible »