INTERNATIONAL

Trump prépare son gouvernement

Washington (AFP) – Le nouveau président élu américain Donald Trump a continué vendredi à préparer son gouvernement, le président Obama insistant lui une nouvelle fois sur le besoin d’unité du pays.

Après son élection surprise, à l’issue d’une campagne extrêmement violente qui a profondément divisé le pays, des manifestations anti-Trump ont encore émaillé la nuit dans une vingtaine de villes américaines. La plus violente à Portland (Oregon, nord-ouest) a rassemblé jusqu’à 4.000 personnes. Des manifestants ont brisé des vitres de magasins et de voitures, ont lancé des projectiles contre la police qui a interpellé 26 personnes après avoir parlé d' »émeutes ».

Le président élu, rejoint par son équipe de campagne, a passé la journée vendredi à préparer la transition depuis la tour Trump sur la 5e avenue à New York où il a ses bureaux et sa résidence. D’importantes mesures de sécurité y ont été mises en place avec l’installation de blocs de béton tout autour et une forte présence policière.

« Journée chargée prévue à New York. Je vais bientôt prendre des décisions très importantes sur les gens qui vont diriger notre gouvernement », a tweeté le milliardaire républicain populiste.

Il s’est entretenu « environ 7-8 minutes » par téléphone avec le président français François Hollande. Les deux hommes ont « évoqué les sujets communs sur lesquels ils sont convenus de travailler pour clarifier les positions: la lutte contre le terrorisme, l’Ukraine, la Syrie, l’Irak et l’accord de Paris » sur le climat (COP21), a précisé l’entourage du président français.

Donald Trump, 70 ans, qui sera le plus vieux président à entrer à la Maison Blanche, doit prendre ses fonctions dans 70 jours, le 20 janvier.

– Sujet central –

Les noms qui circulent pour l’instant dans les médias américains pour son gouvernement n’ont rien du changement et du message anti-establishment sur lequel Donald Trump avait construit sa campagne.

Sont évoqués l’ancien maire de New York, Rudy Giuliani, 72 ans; l’ancien président de la Chambre des représentants Newt Gingrich, 73 ans; Chris Christie, 54 ans, gouverneur du New Jersey; le sénateur Jeff Sessions, 69 ans: des hommes, souvent âgés et tous blancs.

La Maison Blanche a annoncé vendredi que le président Obama rencontrerait la semaine prochaine, lors de son ultime voyage à l’étranger, les dirigeants allemand, français, britannique et italien à l’occasion d’une visite à Berlin, puis le président chinois Xi Jinping au Pérou, en marge du sommet de l’Organisation de coopération économique Asie-Pacifique (Apec).

« Nous nous attendons à ce que l’élection soit le sujet central dans tous les esprits », a déclaré Ben Rhodes, conseiller de M. Obama.

Lors d’un discours au cimetière national d’Arlington, près de Washington, pour la journée des anciens combattants, M. Obama a une fois encore insisté sur la nécessité d’unité du pays après cette élection.

Cette « journée des anciens combattants suit souvent une campagne politique durement combattue (…) Elle met à nu des désaccords dans tout le pays. Mais quand l’élection est terminée, nous cherchons des façons de nous rassembler, de nous reconnecter les uns avec les autres », a-t-il déclaré.

M. Trump avait rencontré jeudi le président Obama dans le bureau ovale, pour ce que le président américain a qualifié « d’excellente conversation ». M. Trump avait parlé de « grand honneur ».

– Dans les bois –

M. Trump, accompagné de son épouse Melania, s’était aussi rendu jeudi au Congrès. 

Les républicains ont gardé le contrôle des deux chambres lors des élections, ce qui donne les coudées franches à Donald Trump pour gouverner. Parmi ses priorités: la fin du système d’assurance santé difficilement mis en place par le président Obama, qui couvre 22 millions d’Américains, le renforcement des contrôles d’immigration et la baisse des impôts.

Son élection a continué à susciter des manifestations de désapprobation dans une vingtaine de villes américaines, dont New York, Baltimore, San Francisco, Los Angeles et Portland, dans la nuit de jeudi à vendredi. Une autre est prévue samedi à New York.

« Ce n’est pas mon président », scandaient des manifestants. « Je n’ai pas élu la haine à la présidence », pouvait-on lire sur des panneaux.

Son élection surprise, portée par la colère d’un électorat se sentant ignoré des élites et menacé par la mondialisation, a brisé net les rêves de la démocrate Hillary Clinton de devenir la première femme présidente.

Une photo sur Twitter l’a montrée dans les bois près de sa maison de Chappaqua au nord de New York. Elle y pose, souriante, avec une jeune femme un bébé sur le dos, qui a raconté vendredi sur MSNBC qu’elle l’avait croisée alors que Mme Clinton se promenait avec l’ancien président Bill Clinton.

Donald Trump, le 19 février 2016 lors d'un meeting en Caroline du Sud . © AFP

© AFP/Archives JIM WATSON
Donald Trump, le 19 février 2016 lors d’un meeting en Caroline du Sud

c1dc0525416b2942381495ed9cf4502134b4026d
Article précedent

13 novembre: minute de silence au Stade de France avant des commémorations sobres

45592bba861536adaf664065cd4a9cc000ae8d84
Article suivant

Mondial-2018: une opération en or pour les Bleus

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Trump prépare son gouvernement