ACTUS LOCALESSANTÉ

Un protocole d’accord préparé pour les médecins

Le gouvernement a préparé mardi en fin de journée un protocole d’accord qui sera présenté mercredi au syndicat des praticiens hospitalier. Mais deux points restent épineux : la révision du statut de l’hôpital et la revalorisation de la retraite des praticiens.

Les huit heures de négociations mardi entre le ministre de la Santé, Jacques Raynal, et le syndicat des praticiens hospitaliers (SPHPF) n’ont pas débouché sur un accord. Les discussions se sont terminées en fin d’après-midi. Le ministre de la Santé a ensuite rejoint la ministre de la Fonction publique, Tea Frogier, chez le vice-président, Teva Rosfritsch. Jacques Raynal est ressorti tout sourire de la vice-présidence annonçant une reprise des négociations mercredi après-midi et la présentation d’un protocole d’accord au syndicat.

Du côté du SPHPF, le président du syndicat Marc Lévy dénonçait de nouveau mardi soir l’absence de la ministre de la Fonction Publique, Téa Frogier, lors des négociations : « Pour l’instant, il n’y a aucun résultat concret. Les points importants ne sont pas sous la responsabilité du ministre de la Santé ». Marc Lévy espère que le Pays « pourra répondre à leurs demandes ». Mais deux points restent bloquants. D’une part, le président du syndicat demande la révision du statut actuel de l’hôpital de Taaone qui selon lui « empêche d’être performant ». Et d’autre part, Marc Lévy conteste la spécificité locale de la situation concernant les retraites des médecins.

Article précedent

Moralisation : le gouvernement tatillon sur les textes

Article suivant

Les médicaments 23% plus chers au fenua qu’en métropole

2 Commentaires

  1. Chaval
    8 novembre 2017 à 10h31 — Répondre

    Mais pourquoi attendre que les médecins se mettent en grève pour commencer à discuter et à proposer un protocole d’accord ? Et que fait Tea Frogier, elle se planque ou elle néglige les revendications de la santé ? Elle est Ministre donc elle doit prendre ses responsabilités et avoir au moins la politesse d’être présente lors des pourparlers en vu de régler les problèmes. Peut-être ne se sent-elle pas concernée mais pour la paye en fin de mois elle l’est ?

  2. secrétariat général
    8 novembre 2017 à 11h33 — Répondre

    Communiqué de Presse la République en Marche
    Préavis de grève des praticiens hospitaliers : Le dévouement mérite mieux.
    Les praticiens hospitaliers exerçant dans la principale structure de santé publique de notre pays sont à nouveau en grève.
    Autrement dit les patients polynésiens n’ont plus accès à des conditions optimums de soins.

    Le public doit cette situation au fait que deux groupes de personnes justifiant chacun de plus de 10 ans d’étude n’ont pas su trouver un terrain d’entente.
    C’est tout aussi ubuesque qu’inexcusable.

    Cette grève n’étant pas la première, il existe un problème de fonds sur l’autel duquel sont sacrifiés la sérénité, le recul, l’empathie ainsi que la science médicale caractéristiques de tout établissement hospitalier.

    Venons-en aux faits : depuis plusieurs années les protocoles d’accords signés à l’occasion de précédents conflits ne sont pas respectés.
    Les praticiens hospitaliers ne sont pas des nantis.
    En libéral on gagne au minimum 2 fois plus.
    D’où un déficit de médecins dans plusieurs spécialités.

    En raison de situations sanitaires qui seraient jugées comme inacceptables en France, la République en Marche Polynésie juge l’intervention de l’Etat nécessaire.
    Citons à titre d’exemples ; la mise en danger des femmes enceintes aux iles marquises ainsi qu’à Taravao, reconnaissons les déficiences en matière de dépistage et de traitements du cancer, ouvrons les yeux sur le drame sanitaire du diabète et de l’obésité.
    L’organisation mondiale de la santé nous donne le « coup de grâce » en annonçant le fait que 42% de nos concitoyens souffrent de troubles mentaux !

    Les rémunérations, reprise d’ancienneté, formation continue du personnel hospitalier polynésien doivent être révisées en regardant du côté de la France car dans ces domaines nous avons 20 ans de retard (encore une fois)…

    Entre la PSG mainte fois repoussée, le CHPF et les problématiques ci-dessous évoquées….le sujet de la santé est explosif.
    Un parfait exemple d’immobilisme politique.

    Reconnaissons le dévouement dont fait preuve l’ensemble du personnel hospitalier.
    En Polynésie, le comportement professionnel du personnel de santé public est d’une exceptionnelle qualité.
    L’affection et le respect que lui voue la population en est la meilleure des illustrations.

    Personne ne doute du fait que l’actuel ainsi que l’ancien Ministre de la Santé tous deux médecins ne soit pas totalement imprégnés du même dévouement que leur confrères grévistes.

    Coordination pour la Polynésie La République En-Marche contact 87729794 [email protected]

Laisser un commentaire

PARTAGER

Un protocole d’accord préparé pour les médecins