ACTUS LOCALESEDUCATIONSOCIÉTÉ

Une enquête pour améliorer la vie des étudiants en Polynésie

Les conditions de vie des étudiants au fenua vont être « photographiées » au travers d’un questionnaire numérique diffusé à 4 350 étudiants. Commandité par la Délégation pour la prévention de la délinquance de la jeunesse, le questionnaire a été élaboré par l’ISPF en collaboration avec la DGEE et le syndicat Avenir étudiant. Il englobe la situation géographique, financière, les habitudes sociales et de consommation notamment. C’est la première enquête de ce format menée par l’ISPF, et ce sera également la première étude des conditions de vie étudiante en Polynésie. 

On en compte 4500 en tout : les étudiants de l’enseignement supérieur en Polynésie vont presque tous recevoir une invitation à répondre à un questionnaire aujourd’hui. Il s’agit d’une enquête menée par le Pays en partenariat avec le syndicat Avenir étudiant Fage, pour mieux connaître les habitudes, les besoins et les difficultés rencontrées par tous les étudiants de l’enseignement supérieur au fenua. Le syndicat Avenir étudiant Fage a vu le jour en 2016 et c’est l’unique syndicat étudiant en Polynésie. Son objet est d’améliorer la qualité de vie des étudiants en Polynésie en participant à faire évoluer les dynamiques existantes. À terme, il s’agirait de créer un guichet unique, qui centralise les démarches liées au logement, aux bourses, à la sécurité sociale, etc… pour permettre aux étudiants de se consacrer à leur études et améliorer leur taux de réussite.

Des accomplissements certains

Des améliorations dans la vie des étudiants ont déjà vu le jour ces dernières années comme la gratuité du bus pour tous les étudiants depuis 2020, la prise en charge des frais d’inscription pour les étudiants boursiers, l’octroi d’un 10e mois de bourse du Pays. Mais il reste une population d’étudiants isolés qui sont bel et bien en difficulté et qui ne trouvent pas de réponse pour l’instant. Il s’agit surtout « de non boursiers » dont les revenus restent limités ou dont les parents ne les soutiennent pas, « ou de boursiers avec un échelon bas » explique Haiata Poherui, première vice-présidente du syndicat. Il peut s’agir aussi d’élèves qui n’ont pas obtenu de bourse à peu de chose près, et qui restent tout de même en difficulté. La bourse du Pays par exemple ne comporte que deux échelons à 40 000 et 50 000 francs contre 8 en métropole allant de 103,2 à 567,9 euros… les évolutions sont encore possibles.

Les chantiers sur lesquels cette enquête permettra d’avancer sont par exemple l’affiliation des étudiants entre 21 et 25 ans au régime de solidarité. Avant 21 ans, ils sont affiliés au régime de leurs parents. Puis ils doivent cotiser au RNS de 21 à 25 ans pour bénéficier d’une couverture maladie, qu’ils paient 6 000 francs. Ce n’est qu’à 25 ans qu’ils peuvent être affiliés au RSPF, sans avoir à payer de cotisation : un vide juridique qui n’est pas confortable du tout pour un étudiant. Autre amélioration envisagées par Avenir étudiant Fage  : la création d’une plateforme Job étudiant pour connecter les étudiants aux employeurs plus facilement, un village étudiant 2.0 autosuffisant, ou encore la création d’une fondation pour financer ce village étudiant qui serait ouvert aux étudiants non boursiers, qui ne sont pas prioritaires sur le parc de logements disponibles.

À la base de ces avancées, un état des lieux

Pour que cette enquête soit complète, il manque l’adhésion de 150 étudiants. Tous les étudiants du second degré de Polynésie sont invités à « consulter leurs boîtes mail et les spam également » précise Laurent Rouquier, référent technique en charge de cette enquête au sein de l’ISPF. Le questionnaire est à remplir en 10 à 15 minutes uniquement en ligne jusqu’au 31 octobre. Les résultats sont attendus pour le premier trimestre 2022, après analyse des données par l’ISPF. Plus les réponses seront nombreuses, plus l’étude sera objective. Cela concerne tous l’enseignement supérieur, public ou privé : l’Université de Polynésie française (UPF) mais aussi l’Institut supérieur de l’enseignement privé de Polynésie (Isepp), l’École de commerce de Tahiti (ECT), l’institut Mathilde Frebault et les élèves de BTS.

Article précedent

C KDO LE BATEAU !

Article suivant

Tendance Habitat 04/10/21

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Une enquête pour améliorer la vie des étudiants en Polynésie