ACTUS LOCALESJUSTICE

1991 aux Marquises, l’autre crash, l’autre procès

Lundi 8 octobre dernier, en ouverture du procès Air Moorea, le président du tribunal correctionnel de Papeete avait brièvement évoqué le crash d’un Dornier 228 d’Air Tahiti le 18 avril 1991 aux Marquises. Retour sur cette affaire et le procès au pénal qui s’était soldé en 2002 par la condamnation du pilote, de l’instructeur de la compagnie et d’un responsable de l’aviation civile.

Lundi 8 octobre dernier, le président du tribunal correctionnel a ouvert le procès Air Moorea en évoquant le crash du Dornier 228 d’Air Tahiti le 18 avril 1991 aux Marquises. Un autre drame aérien qui avait coûté la vie à 10 personnes et fait 12 autres blessés. A l’époque l’appareil, qui avait été mis en service six mois plus tôt, était en approche de Nuku Hiva lorsque son moteur gauche s’était arrêté. Alors que le commandant de bord s’occupait de la trajectoire, le copilote, qui gérait les moteurs, s’était trompé et avait coupé le moteur droit. Il avait tenté de le rallumer sans succès. Après plusieurs changements d’axes de piste pour se poser, le commandant de bord avait finalement tenté un amerrissage. Mais il avait touché la mer face à la houle et l’avion s’était brisé en deux à l’impact. Le copilote avait été tué dans l’accident.

Comme l’a rappelé le président du tribunal lundi dernier, le Bureau d’enquête et d’analyse pour la sécurité de l’aviation civile avait conclu : « l’accident résulte d’une succession d’actions inappropriées de l’équipage face à une défaillance mécanique d’un moteur dont l’occurrence, à elle seule, n’aurait jamais dû conduire à cette issue ». Parmi les facteurs permettant d’expliquer cette « contre-performance de l’équipage », la commission d’enquête avait relevé : « l’influence d’une possible imprégnation alcoolique des membres d’équipage, un manque de rigueur dans la qualification de type de l’équipage, des lacunes dans le manuel d’exploitation déposé (absence du partage des tâches dans certaines situations occasionnelles ou d’urgence), des insuffisances dans le dispositif d’État de contrôle technique de l’entreprise. »

Déjà un procès au pénal à l’époque

A l’époque, un procès au pénal pour « homicide involontaire » avait déjà mis en exergue des « fautes » commises par le pilote, l’instructeur de la compagnie Air Tahiti, mais aussi le service d’Etat de l’aviation civile (SEAC). Quatre personnes avaient été renvoyées en correctionnelles : le pilote Eric Salmon, l’instructeur d’Air Tahiti, Alain Bonnard, le directeur du SEAC, Guy Yeung -également prévenu au procès Air Moorea-, et le chef de la division transport aérien au SEAC, Francis Saccault.

Le 15 octobre 2002, soit plus de onze ans après le crash, la Cour de cassation avait rendu une décision définitive dans cette affaire. Guy Yeung avait été relaxé à l’issue du procès en correctionnelle et en appel, au motif qu’il n’avait pas eu connaissance des lacunes du SEAC dans ce dossier. En revanche, le pilote avait été condamné à 18 mois de prison avec sursis pour ses « fautes » dans la gestion de la panne du moteur et de l’amerrissage raté. L’instructeur d’Air Tahiti avait été condamné à 9 mois de prison avec sursis pour avoir formé les équipages « à la va-vite » et selon un programme qui n’avait pas été approuvé par le SEAC. Enfin, le chef de la division transport aérien du SEAC avait été condamné, mais dispensé de peine, pour « une déficience dans le contrôle de tutelle » alors qu’il n’avait pas « détecté ni l’absence d’approbation du programme de qualification, ni le manque de rigueur dans la formation des équipages, ni les insuffisances du matériel d’exploitation ».

Article précedent

Richard Tuheiava retoqué par la Cour européenne

Article suivant

Deux toutous en péril peuvent encore être sauvés - Edito 15/10/2018

3 Commentaires

  1. pat
    15 octobre 2018 à 7h57 — Répondre

    et bientôt un autre malheur au Marquises car les avions tombent en panne tous les 15 jours et que ce n’est quand même pas rassurant n’oublions pas les défaillances lors du dernier festival
    à quand un audit des moyens humains et matériels, des installations et des procédures???

  2. Teiki
    15 octobre 2018 à 20h28 — Répondre

    Et il a faillit y avoir un autre crash aux Marquises sur l’île de Ua-Pou exactement il y a quelques années, l’avion à l’atterrissage s’était retrouvé dans la rivière alors à sec le père Joseph l’un es passagers avait eu Le Bras où poignet brisé mais heureusement ce n’était pas un accident mortel et l’histoire a rapidement été oubliee mais bon ça dénote bien un problème certain ou avec la maintenance ou par rapport au type d’avion. Tt ce que j’espère c’est que jamais plus ça après le crash a NUKUNHIVA ! Il y a de tes bons éléments à Air Tahiti mais il faudrait redoubler de vigilance sur certains points importants

  3. Maui Tetuanui
    16 octobre 2018 à 17h25 — Répondre

    Le sursis… quelle belle invention. Tu commets des fautes réelles, tu es reconnu coupable, des gens meurent… Mais après un procès qui peut durer 11 ans, tu as une « fausse » peine de prison. Juste un avertissement, quoi. « C’est pas bien. Ua ‘ati ‘oe ». Et même si tu reçois de la prison ferme, tu ne fais jamais la durée annoncée. C’est quand même bizarrement foutu…pas sûr que ça fonctionne. la preuve : quelques années après on a un nouveau crash pour des négligences.
    Et le mec qui se fait chopper deux ou trois fois à vendre du paka (un truc vendu légalement aux USA, en NZ, en Belgique…), il finit en tôle. Me’e roa.

Laisser un commentaire

PARTAGER

1991 aux Marquises, l’autre crash, l’autre procès