ACTUS LOCALESPOLITIQUE

A Nuku Hiva, le ministre devant la plus petite prison de la République

Le Garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, s’est rendu aux Marquises samedi. Il a visité la plus petite des prisons de la République. Démonstration pour le ministre « qu’il n’y a d’incapacité d’impunité nulle part ».

Premier ministre de la Justice à se rendre aux Marquises, Jean-Jacques Urvoas est arrivé samedi à Nuku Hiva. L’occasion de rencontrer le personnel judiciaire et pénitentiaire de l’île et de constater in situ les conditions de travail. La prison de Nuku-Hiva est très atypique. Les détenus restent dans la cour toute la journée. Une cour qui n’est d’ailleurs pas du tout entourée de barrières et où le parloir se déroule tout simplement sous un manguier. La prison peut accueillir cinq détenus et en accueille actuellement trois en fin de peine. « C’est rassurant de montrer la capacité du service public à s’adapter à l’insularité et aux spécificités », a remarqué le Garde des Sceaux. « Sur le territoire de la République, la loi est la même avec la même rigueur, elle s’applique avec la même fermeté. Il n’y a d’incapacité et d’impunité nulle part ».

Georges Borg, vice-président au tribunal de Papeete chargé de la présidence du tribunal de Nuku Hiva, a constaté le développement de nouvelles formes de litiges juridiques aux Marquises. Par le passé, le plus gros des contentieux était basé principalement sur les affaires de terres. Désormais, les juges ont aussi à traiter des affaires familiales. Le président du tribunal de Nuku-Hiva fait une audience civile tous les deux mois et se déplace une fois tous les mois ou tous les deux mois dans les autres îles de l’archipel pour les audiences foraine. Seul problème, le débit pour l’accès à l’Internet aux Marquises est tellement bas que le personnel de la justice ne peut pas accéder à certains « logiciels du ministère de la Justice ».

La visite était l’occasion pour le tavana de l’île de Nuku-Hiva, Benoit Kautai, de rappeler l’histoire de la prison construite en 1846. Un bâtiment qui fait partie des « trois plus vieille bâtisses de la Polynésie française ». L’édile a d’ailleurs formulé le vœu que ce bâtiment revienne à la mairie pour en faire « un centre d’histoire et de mémoire ».

Bémol très peu apprécié de la visite. Lors du déjeûner chez l’administrateur des Marquises, la délégation de Tahiti a déjeuné sous une tente séparée de celle qui abritait les élus conseil municipal de Nuku Hiva. Pas du tout du goût des élus locaux pour qui : « On est trop petit pour déjeûner avec eux. On ne mélange pas les gens ».

Article précedent

« La prison est un endroit où on prépare l’avenir »

Article suivant

Natation : Stéphane Debaere reprend le chemin des bassins

3 Commentaires

  1. 20 mars 2017 à 6h01 — Répondre

    Bravo les élus de Nuku Hiva, vous avez bien compris le clivage snob de la gauche caviar qui ne se mélange avec les prolétaires que le temps d’une photo.

  2. Moana
    20 mars 2017 à 8h38 — Répondre

    Un peu plus et il se ferait passer pour gentil organisateur du club med carcéral ! Fan de Mylène Farmer, il animera le karaoke

  3. James
    20 mars 2017 à 11h42 — Répondre

    Mon grand père a été gardien de cette prison, il vit toujours à Nuku Hiva.
    Et à l’époque, comme il l’a raconté dans son livre, il en a vu des vertes et des pas mûres.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

A Nuku Hiva, le ministre devant la plus petite prison de la République