ACTUS LOCALESSOCIAL

Air Tahiti reprend ses rotations habituelles lundi

Alors qu’un accord a été signé vendredi entre les pompiers des îles et la direction de l’aviation civile, le mouvement social des pompiers d’Aéroport de Tahiti (ADT) n’est pas encore levé. Les discussions se poursuivent. Un projet de protocole de fin de conflit aurait été remis au syndicat, indique le ministère du Tourisme dans un communiqué.

Pour les vols internationaux :

Les vols internationaux de la nuit du samedi 20 mai et dimanche 21 mai sont maintenus et ne seront retardés que de quelques heures. Standard Aéroport de Tahiti Faa’a : Tél. 40 86 60 61.

Pour les vols domestiques :

Le programme de liaisons aériennes domestiques reprend progressivement jusqu’à un retour au trafic habituel à partir du lundi 22 mai. Les horaires correspondants (susceptibles de modification selon l’évolution de la situation) seront affichés sur le site AIR TAHITI www.airtahiti.pf et sur la page Facebook de la compagnie. Tél. 40 86 42 42 (heures ouvrées).

Pour répondre à la demande d’Air Tahiti, Tahiti Tourisme sera de nouveau en renfort à l’aéroport de Tahiti-Faa’a demain dimanche 21 mai de 6 h 00 à 9 h 00 pour accueillir et renseigner les passagers en provenance ou à destination des îles. Pour ce dimanche 21 mai, le standard téléphonique mis en place au niveau du Ministère du tourisme demeure effectif pour contribuer à l’orientation des touristes à la recherche d’un hébergement disponible jusqu’au retour à la normale de l’ensemble des vols réguliers.

Standard Ministère du Tourisme : 40 50 88 60

Mail [email protected]

Article précedent

Isabelle Esquevin dépeint l'histoire du graff' à Tahiti

Article suivant

L’OPT autorisé à placer l’argent des comptes CCP à la Socredo

2 Commentaires

  1. 22 mai 2017 à 6h06 — Répondre

    La ministre va devoir s’expliquer sur ses liens supposés avec un meneur de ce braquage économique qui risque de laisser des séquelles.

  2. simone grand
    22 mai 2017 à 7h41 — Répondre

    S’il y a conflit d’intérêts et risque de débordement des affaires privées dans le public, la bonne solution est la démission.
    En outre, le gouvernement doit exiger des explications de la CPS pour l’absence de contrôle des certificats médicaux de complaisance et réorganiser le CA de la CPS en diminuant le nombre de représentants syndicaux casseurs d’économie.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Air Tahiti reprend ses rotations habituelles lundi