ACTUS LOCALESEDUCATION

Le Pays veut « rattraper son retard » après l’effondrement du toit du collège de Ua Pou

© FB Collège de Ua Pou

Mercredi matin, la toiture très vétuste d’un des bâtiments du collège de Ua Pou aux Marquises s’est entièrement effondrée sur elle-même. Heureusement sans faire de victime. Le ministère de l’Education a envoyé un responsable de la construction et de la maintenance sur place pour faire un point sur le collège, mais veut aussi renégocier l’enveloppe destinée aux grands projets dans l’éducation pour « rattraper le retard » accumulé sur la vétusté des établissements scolaires.

Images impressionnantes publiées mercredi matin sur la page Facebook du collège de Ua Pou aux Marquises. Le toit d’un des bâtiments s’est littéralement effondré sur lui-même, heureusement sans faire de victimes. Le chef d’établissement a immédiatement réagi en sécurisant le périmètre et le bâtiment voisin, comme l’explique le chef de cabinet de la ministre de l’Education, Manu Sanquer.

Le ministère de l’Education ne cache pas que le chef d’établissement du collège de Ua Pou alertait « depuis 3 ans » les services de l’éducation sur la vétusté de ses locaux. Manu Sanquer explique que l’enveloppe de la direction générale de l’éducation et de l’enseignement ne dispose que d’une maigre enveloppe pour les travaux ponctuels de réfection.

En revanche, le ministère concède qu’il faut « rattraper le retard » accumulé sur la vétusté de certains établissements scolaires. Il entend renégocier avec l’Etat un « contrat » pour remettre les établissements à neuf lors du prochain dialogue de gestion entre les ministère de l’Education et de l’Education Nationale au mois de novembre.

FB College Ua Pou 04
FB College Ua Pou 03
FB College Ua Pou 02
Article précedent

Des exercices pour coordonner le sauvetage en mer

Article suivant

Nouvelle enquête ouverte contre Sandra Faraire

1 Commentaire

  1. Tiare
    6 septembre 2018 à 9h49 — Répondre

    « Se donner 5 ans pour réhabiliter et mettre les élèves en sécurité», c’est 5 ans de trop. Combien de toits risquent encore de tomber sur la tête de nos enfants pendant ce laps de temps?. C’est une urgence M. Sanquer.
    Plusieurs centaines de millions rien que pour la rénovation de l’esplanade Jacques Chirac ont bien été trouvés. Était-ce une priorité?
    On a le chic en Polynésie d’accumuler retard ,manque de compétences dans X domaines, prendre pour excuses le manque de moyens financiers pour ne point faire de travaux là où le besoin est réel, constat bien affligeant.
    Et l’Etat dans tout ça? Il est bien présent combien même il est contraint et forcé de serrer les cordons de la bourse , restrictions budgétaires obligent mais pour pallier à tout futur drame il est impératif de bouger «maintenant» et arrêter avec les rafistolages à deux balles.

Laisser un commentaire

PARTAGER

Le Pays veut « rattraper son retard » après l’effondrement du toit du collège de Ua Pou