AFPINTERNATIONAL

Attentat déjoué en Allemagne: scandale après le suicide en prison du suspect syrien

Dresde (Allemagne) (AFP) – Le Syrien soupçonné de planifier un attentat à Berlin, qui s’est donné la mort mercredi, ne présentait pas de risque de suicide « imminent », se sont défendues jeudi les autorités allemandes, devant la polémique suscitée par cette mort qui paralyse l’enquête.

Bien qu’un juge ait considéré que Jaber al-Bakr présentait un risque suicidaire, les autorités pénitentiaires de Leipzig (est) où l’homme de 22 ans était détenu n’ont, elles, pas détecté de « danger de suicide imminent », a expliqué leur patron, Rolf Jakob, lors d’une conférence de presse. 

Le suspect, qui parlait mal l’allemand, avait été jugé « calme » par une psychologue « chevronnée » mais « sans expérience avec les terroristes », qui s’était entretenue avec lui via un traducteur, a expliqué M. Jakob. 

C’est pourquoi le degré de surveillance du suspect est passé d’un contrôle toutes les 15 minutes lors de son premier jour de détention lundi, à un toutes les 30 minutes au deuxième jour.

« Ca n’aurait pas dû arriver, mais malheureusement cela a eu lieu (…) malheureusement le pronostic des experts (en psychologie) n’a pas été confirmé » par les faits, a relevé le ministre saxon de la Justice, Sebastian Gemkow. 

Al-Bakr a été retrouvé pendu à la fenêtre de sa cellule avec son tee-shirt, mercredi à 19H45 (17H45 GMT). Une autopsie est en cours. 

La question de la surveillance en prison des jihadistes, en particulier ceux ayant planifié des attentats suicides, a par le passé soulevé de nombreuses questions dans d’autres pays. 

En France, Salah Abdeslam, membre présumé du commando des attentats de Paris de novembre 2015, est ainsi détenu à l’isolement depuis avril et placé sous vidéosurveillance 24h/24. Ce dispositif très contraignant a été validé par la justice en raison du « caractère exceptionnel des faits terroristes » qui lui sont reprochés.

Le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel a déploré « terrible incident » et a appelé à une enquête, de concert avec le ministre de l’Intérieur Thomas de Maizière.

« Je suis incroyablement choqué et absolument stupéfait », avait déclaré mercredi l’avocat commis d’office de Jaber al-Bakr, Alexander Hübner, qualifiant l’affaire de « scandale judiciaire ». Son client était en grève de la faim depuis son incarcération et aurait tenté de s’électrocuter.

Son suicide va aussi priver les autorités d’informations précieuses. « Cela aurait été bien qu’il déballe son sac », a regretté le procureur Klaus Fleischmann. « Nous ne savons pas s’il y avait quelqu’un derrière lui ».

« Les investigations sont bien sûr rendues plus difficiles (par le suicide), et c’est un coup dur pour l’élucidation qu’il s’agisse des complices, des organisateurs, d’un réseau » potentiels, a admis M. de Maizière.   

Les autorités surveillent désormais 24h sur 24h l’un des complices suspectés de Jaber al-Bakr, à savoir l’homme au nom duquel était loué l’appartement de Chemnitz où il logeait.

Selon les autorités, al-Bakr préparait un attentat contre un des aéroports de Berlin: 1,5 kilo de TATP, un explosif prisé de l’EI, avait été retrouvé dans ce logement. Selon les services de renseignement, il aurait pu passer à l’acte « dès cette semaine ».

Les interrogatoires avant sa mort n’ont pas fait la lumière sur la totalité de son projet, selon Bild qui indique que le réfugié syrien a accusé les trois compatriotes qui l’ont neutralisé d’être des complices.

Mais les autorités sont restées prudentes, n’excluant pas une vengeance envers ces trois hommes qui ont hébergé al-Bakr avant de se rendre compte de qui il était et de le livrer pieds et poings liés à la police. 

Son parcours reste entaché de zones d’ombre. Il aurait passé cette année « plusieurs mois » en Turquie, selon des médias allemands et serait revenu « fin août » avec une « grande quantité de dollars ». Les enquêteurs ne savent cependant pas ce qu’il y a fait où s’il s’est rendu en Syrie voisine.

Le danger que représenteraient des « terroristes » infiltrés dans le flot des 890.000 demandeurs d’asile arrivés en Allemagne en 2015 fait débat depuis des mois, et a nourri la popularité croissante des populistes de droite et miné celle d’Angela Merkel.

Ce discours a d’autant plus d’écho que l’Allemagne a été frappée fin juillet pour la première fois par l’EI. A quelques jours d’intervalle, un attentat commis par un Syrien de 27 ans, débouté de sa demande d’asile, a fait 15 blessés, puis une attaque à la hache perpétrée par un réfugié de 17 ans a fait cinq blessés.

Dans ce contexte, le gouvernement a annoncé que les services secrets auraient bientôt accès aux dossiers des demandeurs d’asile.

Photo non datée fournie le 8 octobre 2016 par la police allemande du Syrien Jaber Al-bakr, soupçonné de préparer un attentat islamiste à Berlin. © AFP

© Landeskriminalamt Sachsen/AFP/Archives HO
Photo non datée fournie le 8 octobre 2016 par la police allemande du Syrien Jaber Al-bakr, soupçonné de préparer un attentat islamiste à Berlin

455649aa8c5bbf1c032197730bbd351d6e7f9cc8
Article précedent

Ecosse: nouveau projet de loi de référendum d'indépendance

b3e537aa36d9151b1be7b8e82735a6c7ef1d01fe
Article suivant

Le prix Nobel de littérature au chanteur américain Bob Dylan

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Attentat déjoué en Allemagne: scandale après le suicide en prison du suspect syrien