INTERNATIONAL

Corée du Sud: crise politique, la présidente sur la sellette

Séoul (AFP) – Une ex-confidente de la présidente sud-coréenne, surnommée « Raspoutine » par la presse et décrite comme « instable », a été placée en garde à vue pour trafic d’influence dans ce qui est désormais un scandale politique majeur pour Park Geun-Hye.

L’occupante de la « Maison bleue », siège de la présidence, est ébranlée par une série de révélations selon lesquelles elle se faisait conseiller pour la conduite des affaires de l’Etat par cette amie de 40 ans, Choi Soon-Sil, qui n’occupe aucun poste officiel et n’a aucune habilitation en matière de sécurité.

Or Mme Choi est visée par une enquête pour trafic d’influence et corruption, car soupçonnée d’avoir profité de ses entrées pour extorquer de l’argent aux principaux conglomérats du pays, comme Samsung, qu’elle aurait poussés à verser d’importantes sommes à des fondations créées par ses soins.

Rentrée dimanche en Corée du Sud, après s’être enfuie en Allemagne, pour faire face aux accusations, elle a été interrogée pendant plusieurs heures lundi par le ministère public sud-coréen.

« Il y a un risque que Mme Choi cherche à détruire des preuves car elle réfute les accusations », a déclaré mardi un responsable du parquet à Yonhap, l’agence de presse locale, pour justifier la mesure de garde à vue de 48 heures qui lui a été infligée. « Elle s’est déjà enfuie par le passé et ne possède pas d’adresse permanente dans ce pays, ce qui fait qu’elle présente un risque de fuite ».

« Elle est également dans un état psychologique extrêmement instable et tout événement imprévu peut être redouté si elle est libérée », a-t-il ajouté.

– ‘Péché mortel’ –

Son arrivée lundi au bureau du procureur du district de Séoul avait été particulièrement mouvementée, au milieu de centaines de journalistes et d’opposants brandissant des banderoles demandant son arrestation. 

Dans la cohue, l’ancienne éminence grise présumée a perdu son chapeau noir, ses lunettes de soleil et une chaussure Prada.

« Pardonnez-moi. J’ai commis un péché mortel », s’est-elle défendue, selon Yonhap, après son entrée dans le bâtiment.

Après une première nuit de garde à vue, elle a de nouveau été escortée mardi au bureau du procureur pour une nouvelle audition.

Pas un jour ne s’est écoulé la semaine passée sans que la presse n’abonde de révélations sur cette femme de 60 ans et sur sa relation avec la présidente.

Les médias ont dressé d’elle le portrait d’une « Raspoutine » qui allait jusqu’à corriger les discours présidentiels ou prodiguer des conseils sur les nominations.

Le fait qu’elle aurait également eu accès à des documents confidentiels a rejailli sur la présidente, dont les excuses publiques, vendredi, n’ont pas empêché la popularité de dégringoler.

Selon un sondage publié mardi, seuls 9,2% des Sud-Coréens approuvent l’action de la présidente. Et 67% souhaitent sa démission.

– Attaque à la pelleteuse –

Mme Choi est la fille d’une mystérieuse figure religieuse, Choi-Tae-Min, chef autoproclamé d’un culte religieux, l’Eglise de la vie éternelle. Choi-Tae-Min était devenu le mentor de Park Geun-Hye après l’assassinat de sa mère, en 1974.

Selon les médias sud-coréens, Choi Soon-Sil aurait hérité de son père, décédé en 1994, une influence inappropriée et malsaine sur la présidente. L’ex-époux de Choi Soon-Sil avait été un des principaux adjoints de Mme Park jusqu’à son élection en 2012.

Signe de l’hystérie publique, un homme de 45 ans a été arrêté mardi après avoir attaqué avec une pelleteuse un bureau du ministère public à Séoul. Il a déclaré à la police, selon l’agence Yonhap, qu’il entendait ainsi « aider Mme Choi à mourir, comme elle a dit qu’elle avait commis un péché mortel ».

Selon le journal Hankyoreh mardi, Mme Choi était une habituée de la « Maison bleue » depuis l’investiture de Mme Park en février 2013. Mais la présidence a vivement démenti cette affirmation. La chef de l’Etat a simplement concédé avoir demandé quelques conseils à Mme Choi sur certains discours.

Dimanche, Mme Park a limogé plusieurs de ses conseillers soupçonnés de liens avec la femme au coeur du scandale.

Pour apaiser l’opinion, elle envisage la possibilité de nommer un cabinet d’union nationale. La Constitution sud-coréenne n’autorise pas des poursuites judiciaires contre un président en exercice.

Choi Soon-Sil à son arrivée au tribunal à Séoul, le 31 octobre 2016 . © AFP

© YONHAP/AFP Yonhap
Choi Soon-Sil à son arrivée au tribunal à Séoul, le 31 octobre 2016

9543736a4b6968501cc85144ae75a72c878ab85e
Article précedent

Le musée national de Beyrouth exhume les trésors de son sous-sol

4cc65ad8e579c21fadf3b03cd7cb049baf0d067c
Article suivant

Mossoul: les canons français en appui aux soldats irakiens

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Corée du Sud: crise politique, la présidente sur la sellette