ACTUS LOCALESCULTUREECONOMIEEDUCATIONSOCIÉTÉ

Doctoriales : mettre en avant la recherche polynésienne

doctoriales

Les Doctoriales ont commencé ce mercredi à l’université de la Polynésie française et continuent jeudi. Au programme : des présentations de posters, des conférences, des tables rondes… Ces deux jours permettent aux jeunes chercheurs de faire connaitre leurs travaux, et au grand public, aux institutions, aux entrepreneurs de découvrir la recherche polynésienne.

Les Doctoriales ont commencé ce mercredi et se termineront jeudi. Ce rendez-vous est devenu « un rite de passage » pour les doctorants, qui présentent leur thèse et les avancées de leurs travaux au grand public.  « Les jeunes chercheurs présentent leurs travaux de recherche et démontrent qu’ils ont de réelles compétences scientifiques. Et qu’ils sont capables de les mobiliser pour contribuer au développement de la connaissance générale mais aussi pour aborder des problématique locales et spécifiques. La communication scientifique au profit de la diffusion de la connaissance est une qualité indispensable au scientifique. Les Doctoriales sont donc un exercice indispensable auquel chaque doctorant doit se frotter », a expliqué Dr Franck Lucas, directeur de l’École doctorale du Pacifique, dans sa présentation de l’édition 2021. Car tout le but de la recherche est effectivement que celle-ci soit connue, s’applique, devienne utile à la société. « Une science qu‘on ne divulgue pas est semblable à un trésor dont on ne dépense rien », écrit encore Franck Lucas, citant Salman Alfarisi. Mettre en avant et faire connaitre les activités de recherches menées en Polynésie française sont les objectifs principaux de l’événement.

Il s’agit également de conforter la place de la recherche au cœur de la société. Les chercheurs peuvent apporter des solutions aux problématiques contemporaines. Les Doctoriales permettent au grand public, aux professionnels, aux institutions, de découvrir les sujets de thèse et leurs implications réelles. Dernier exemple en date de la nécessité de la recherche : le Covid-19.

D’ailleurs, « tant qu’il y aura des problèmes sur terre, les chercheurs auront du travail. Mais est-ce qu’ils auront de l’argent pour chercher ? Je ne sais pas. La situation d’aujourd’hui démontre le besoin de la recherche et la nécessité de l’accompagner par des financements », explique Franck Lucas. Les sujets de thèses, vastes et variés, sont tous présentés en quelques minutes, appuyés par un poster : la filière rhum bio, les poissons coralliens, l’éducation pour la santé, la représentation des Océaniens dans les jeux vidéo, les potentiels de résilience des territoires littoraux et insulaires, le suicide en Polynésie, la gouvernance des entreprises, les requins, les micro-plastiques, les plantes polynésiennes, le renouveau sécuritaire Asie-Pacifique… les doctorants affichent ensuite leur poster dans le hall de l’université et sont à la disposition du public pour répondre aux questions. « L’objectif de la recherche est d’améliorer les conditions de vie sur terre et apporter des vraies solutions aux problèmes auxquels nous sommes confrontés », conclut Franck Lucas.

Une cinquantaine de futur(e)s chercheur(se)s, encadré(e)s par des scientifiques reconnu(e)s dans leurs domaines, cherchent des solutions pour contribuer au développement durable de la Polynésie française, tant au niveau social qu’environnemental et plus largement à éclairer les mécanismes qui façonnent le monde dans lequel nous vivons. Les futurs docteurs formés au sein de l’École doctorale du Pacifique font partie de l’avenir de la recherche et de l’innovation au fenua.

doctoriales

Article précedent

Hotu Ā Mag | Handifoot

Article suivant

Un tiers des déchets recyclables est réellement capté

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Doctoriales : mettre en avant la recherche polynésienne