ACTUS LOCALESEDUCATIONEMPLOI

La high-tech au service de la formation dans les archipels

 

Le dispositif Fenua Compétences est sur le point d’être mis en place. Grâce à un partenariat entre le Pays, France Compétences, le Centre de formation et de gestion et le Fonds paritaire de gestion, les salariés du public et du privé dans les archipels pourront suivre des formations à distance.

Ce matin le Fonds paritaire de gestion présentait à une quarantaine d’organismes de formation continue le dispositif Fenua Compétences, qui va permettre de mettre en place des formations par visio-conférence dans les archipels pour les employés du secteur privé comme du secteur public. Gain de temps et d’argent pour les employeurs et les employés, ces formations en distanciel sont rendues possibles au fur et à mesure que la couverture numérique du territoire s’améliore, et contribueront à combler l’accès inégal à la formation des habitants des îles éloignées.

Le dispositif avait été annoncé en juin 2019 par le Pays, suite à la création le 1er janvier 2019, par la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel du 5 septembre 2018, de France Compétences, qui est l’autorité nationale de financement et de régulation de la formation professionnelle et de l’apprentissage. La crise sanitaire a retardé sa mise en œuvre en Polynésie, mais les premiers sites pilotes devraient fonctionner avant la fin de l’année.

Ce projet va bénéficier d’une expérimentation sur trois ans, d’abord à Huahine, Raiatea et Bora Bora, où chaque commune mettra une salle de visio-conférence à disposition des formateurs et des stagiaires. Le secteur du tourisme l’hôtellerie est notamment demandeur de formations en anglais ou en comptabilité-gestion.  Ce matin le fournisseur retenu a présenté le matériel informatiques qui sera déployé dans les salles de visio-conférence. On écoute Christophe Plée de la CPME

Si la partie théorique des formations pourra être assurée par visio-conférence, la partie pratique nécessitera toujours des déplacements : « On sait que les gens dans les îles ont besoin de présentiel, parce qu’il n’y a pas une acculturation numérique forcément très forte, » dit le secrétaire général de la CPME. « On va tout faire pour que cette expérience soit un succès ».

 

Article précedent

Vaccination à bord des ferries : "Il faut aller au plus près de la population"

Article suivant

Recette du jour : Tiramisu café et chocolat

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

La high-tech au service de la formation dans les archipels