ACTUS LOCALESECONOMIE

L’assemblée approuve le report de 50 milliards de crédits de paiement

L’assemblée de la Polynésie se réunissait ce jeudi pour approuver les comptes administratifs 2019 du Pays et le report des résultats au budget 2020. Ainsi, 50 milliards de crédits de paiement sont reportés, portant l’enveloppe prévisionnelle des crédits de paiements au titre de 2020 à 55 milliards 700 millions, hors écritures d’ordre et de dette.

Comme la loi le prévoit l’assemblée a adopté les comptes administratifs 2019 du Pays avant le 30 juin.  

Le président du Pays a salué « l’année la plus performante sous l’angle des finances publiques », avec « des chiffres records en termes de chiffre d’affaires et donc de PIB à plus de 670 milliards de Fcfp selon les dernières estimations provisoires, faisant état d’une croissance de plus de 2,5% de cet indicateur de performance économique du Pays. »  Après le financement du « collectif massif » voté fin mars, « le solde réel disponible s’élève désormais à 11 milliards de Fcfp. »

Le reliquat des crédits de paiement qui a été reporté au budget 2020 se monte à 50,59 milliards de Fcfp. Il est financé pour partie (10,04 milliards) par des emprunts non mobilisés à fin 2019, par des recettes restant à mobiliser (7,22 milliards) sur les subventions de l’État, principalement le 3e instrument financier, et par des écritures d’ordre (26,28 milliards).

Avec ce report de 2019, et en tenant compte du budget 2020 modifié d’un montant de 46,68 milliards, l’enveloppe prévisionnelle des crédits de paiement atteint donc 97,278 milliards de Fcfp ou, de façon plus terre-à-terre, 55,70 milliards, hors écritures d’ordre et de dette.

Enfin, le solde disponible des comptes spéciaux, 6,82 milliards de Fcfp, est également reporté sur les comptes spéciaux 2020.

Une situation qui peut paraître confortable, qui permet au Pays de financer les mesures prises pour faire face à l’état d’urgence sanitaire, et d’envisager la relance notamment par la commande publique, mais qui pourrait marquer la fin d’une époque, car les répercussions de la crise du covid-19 pèseront à long terme sur les finances du Pays. Notamment sur les recettes fiscales, très performantes sur les derniers exercices, mais qui seront sévèrement réajustées par le ralentissement de l’activité, comme le montrera le prochain collectif budgétaire.

 

Article précedent

Six mois de prison pour avoir giflé sa compagne et sa belle-sœur

Article suivant

Garantie financière de l'État : le verre à moitié vide

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

L’assemblée approuve le report de 50 milliards de crédits de paiement