ACTUS LOCALESECONOMIEEMPLOISOCIAL

Le confinement a été « catastrophique » pour les petits commerces

Le président de l’association Papeete Centre-Ville, Guy Loussan était l’invité de Radio1 ce lundi matin, dans l’émission Benny soit-il. Il a fait part de la situation des commerçants en centre-ville. Pour faire « repartir la machine », et éviter que certains magasins mettent la clé sous la porte, il faudra s’adapter au plus vite au respect des gestes barrières et de la distanciation sociale. Et tout faire pour attirer de nouveau du monde dans les commerces.

À n’en pas douter, les commerçants ont pris la mesure du danger que représente le Covid-19 et ont bien compris l’intérêt des mesures de confinement. Reste que celui-ci a été « catastrophique pour les petits commerces du centre-ville ». C’est en tout cas ce qu’assure le président de l’association Papeete Centre-Ville, Guy Loussan, qui s’exprimait sur Radio1 ce matin, avant que le Haussaire et le président du Pays annoncent un assouplissement des restrictions d’activité à Tahiti et Moorea. Pas encore de « déconfinement » complet, mais il est visiblement attendu avec beaucoup d’impatience.

« Les commerçants veulent rouvrir au plus tôt mais avec les gestes barrières de distanciation sociale » insiste le porte-parole, insistant sur le port du masque et évoquant diverses solutions d’organisation. Elles devront quoiqu’il arrive être mises en place dans les jours à venir dans le cadre de la reprise progressive de l’activité.

Une « braderie » à la fin du confinement ?
Mais la réouverture des commerces ne règle pas tous leurs problèmes. La consommation des ménages ne va pas rebondir tout de suite, et Guy Loussan rappelle que la panne du secteur touristique, qui représente 14 % du PIB, va mettre en danger de nombreux magasins. « Il faut que la machine soit relancée au plus vite. Il faut rouvrir dès que possible », insiste-t-il, poursuivant : « beaucoup de ménages ont épargné durant le confinement, et il faut que cet argent soit réinjecté au plus vite dans le tissu économique. »

S’agissant des restaurants, « certains ont trouvé des solutions. Ils font des plats à emporter ou livrent mais cela ne correspond pas à leur chiffre d’affaire habituel ». Eux aussi vont pouvoir reprendre une activité à partir de mercredi, certes dans des conditions de rentabilité dégradés (fermeture avant 21 heures, réduction du nombre de tables… Seul point positif, de la période de confinement, « un métier a pris de l’ampleur, c’est celui de coursier. Beaucoup de patentés s’y sont mis. »

Quoiqu’il en soit, il s’agit pour les commerçants de mettre en place des mesures d’hygiène et de sécurité « afin  de démarrer au quart de tour». Pour relancer la machine, l’association Papeete Centre-Ville réfléchit à lancer une semaine de promotion. Une sorte de braderie du déconfinement.

Hygiène, gestes barrières… Certains se sont déjà organisés

Certains magasins, avant même l’annonce de la réouverture, avaient pris leur disposition côté hygiène. C’est ce qu’explique par exemple Karine Liao, la directrice d’Essor.

La cheffe d’entreprise regrette tout de même que les commerces de tissus n’aient pas eu plus tôt le droit d’ouvrir leur magasin, à l’instar des grandes surfaces de bricolage ou d’informatique, ne serait-ce que pour permettre aux personnes d’acheter le matériel nécessaire à la confection des masques en tissu.

 

Article précedent

Journal de 12:00, le 27/04/2020

Article suivant

Coronavirus : 58 cas confirmés

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Le confinement a été « catastrophique » pour les petits commerces