ACTUS LOCALESJUSTICE

Le parquet général demande cinq condamnations dans l’affaire d’Orofara

Le parquet général a demandé jeudi la confirmation des condamnations de Joinville Pomare et Emile Vernaudon pour « détournement de fonds publics » dans l’affaire du cimetière et du CET d’Orofara à Mahina. Il a également demandé des peines symboliques à l’encontre des trois autres mis en cause du dossier relaxés en première instance.

Le substitut général a requis jeudi la confirmation des peines de 18 mois de sursis et 3 ans d’inéligibilité à l’encontre de l’ancien député-maire de Mahina, Emile Vernaudon, et de « l’activiste foncier » Joinville Pomare dans l’affaire du Centre d’enfouissement technique (CET) et du cimetière d’Orofara à Mahina. Le représentant du ministère public a également requis la condamnation « à des peines symboliques dont l’appréciation est laissée à la sagesse de la cour » à l’encontre des trois autres mis en cause du dossier relaxés en première instance : le fils de Joinville Pomare et son ancienne maîtresse, ainsi que l’ancien secrétaire général de la mairie de Mahina, Gilles Tefaatau. Le délibéré a été fixé au 7 septembre.

A l’origine de ce dossier, l’ancien tavana de Mahina, Emile Vernaudon, avait passé une convention en 2003 avec le fils de son compagnon de route politique et souverain auto-proclamé de la Polynésie, Joinville Pomare. La convention portait sur une location-vente d’un terrain pour la construction d’un centre d’enfouissement et d’un cimetière à Orofara. Mais lorsque les premiers loyers ont été réglés par la commune en 2005, le payeur a bloqué la transaction en découvrant un problème foncier sur cette opération. En effet, les terrains loués par le fils de Joinville Pomare faisaient partie du domaine public du territoire et avaient déjà été affectée à la commune de Mahina par un arrêté territorial datant de 1998. Une enquête a été ouverte et a permis d’établir que l’argent payée par la commune retournait directement à Joinville Pomare, lui-même membre du parti politique d’Emile Vernaudon, le Ai’a api. Près de 15 millions de Fcfp ont ainsi été versés par la commune à Joinville Pomare, son fils et sa maîtresse entre 2003 et 2005.

Article précedent

Un médecin du CHPF condamné pour importation d'Ice

Article suivant

Les agents communaux de Faa'a montent au créneau

2 Commentaires

  1. VAIAHU
    21 avril 2017 à 10h04 — Répondre

    pas à a Famille Pomare seulement à Joinville Pomaré né Johnston

    • 21 avril 2017 à 10h14 — Répondre

      Ils sont en fait trois à avoir reçu cet argent, dont Joinville et Pascal Pomare.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Le parquet général demande cinq condamnations dans l’affaire d’Orofara