ACTUS LOCALESECONOMIE

Le Pays attend sur la hausse de l’électricité à Tahiti Nord

Si le Secosud a décidé de répercuter la hausse des cours du pétrole sur les tarifs de l’électricité au Sud de Tahiti, le Pays a décidé d’attendre que le tribunal administratif ne juge le recours d’EDT-Engie demandant une réactualisation des tarifs. Une stratégie qui a déjà coûté cher à la Polynésie par le passé.

Alors que le conseil syndical du Secosud a décidé la semaine dernière d’augmenter de 14,4% ses tarifs de l’électricité pour faire face à la hausse des cours du pétrole, le Pays a décidé de son côté d’attendre le résultat du contentieux intenté par EDT-Engie devant le tribunal administratif de Papeete avant d’augmenter les tarifs sur les sept communes de Tahiti Nord (Papara, Paea, Punaauia, Papeete, Pirae, Arue, Mahina). L’information a été confirmée mercredi à Radio 1 par le ministre du Logement, Jean-Christophe Bouissou, en marge du point presse du conseil des ministres. La bonne nouvelle c’est qu’aucune hausse des tarifs n’est à attendre dans les prochaines semaines, la mauvaise c’est qu’à force de repousser l’actualisation des tarifs, la note pourrait finir par être très salée pour les consommateurs.

Recours en attente

Avec l’augmentation du prix du pétrole et de la redevance de la TEP, le coût de production de l’électricité est de plus en plus élevé pour le concessionnaire EDT-Engie. Comme prévu par le contrat de concession, la société a donc demandé au Pays et au Secosud de réajuster les tarifs de l’électricité pour rééquilibrer le contrat. Sans réponse du Pays et du Secosud, EDT-Engie a attaqué en mars dernier les refus d’augmenter les tarifs devant le tribunal administratif de Papeete. Si le Secosud a attendu la fin des territoriales pour finalement procéder à une augmentation, le Pays a décidé d’attendre l’audience du tribunal administratif dans les prochains mois.

Problème, selon nos informations EDT-Engie chiffre déjà son préjudice financier à 1,5 milliard de Fcfp. Un montant qui va encore progresser dans les mois qui viennent et que la Polynésie prend le risque de devoir régler au prix fort si elle est condamnée par la juridiction administrative.

Un précédent en 2008

Comme le rappelle la chambre territoriale des comptes dans son rapport de 2017 sur la politique de l’énergie de la Polynésie française, le Pays a déjà été condamné par le tribunal administratif pour avoir refusé d’augmenter les tarifs de l’électricité entre septembre 2005 et juin 2008, alors que le prix des hydrocarbures avait fortement augmenté dans le même temps. « Le litige a finalement été porté par le concessionnaire devant les tribunaux pour actualisation insuffisante de son prix de vente aux fins de réparation d’un préjudice financier estimé au final à près de 4 milliards de Fcfp », écrit la juridiction. « Le contentieux s’est soldé en 2008 par une transaction homologuée par le tribunal administratif de la Polynésie française, accord selon lequel la collectivité s’engageait à verser à EDT-Engie la somme de 1,8 milliard de Fcfp en réparation du préjudice financier subi ».

Article précedent

Cyclisme – Grand Prix de Punaruu : Teava Kaimuko remporte la course Pass’

Article suivant

Le journal de 7h30, le 21/06/2018

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Le Pays attend sur la hausse de l’électricité à Tahiti Nord