ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Les journalistes du fenua bientôt protégés

Les élus de la commission du Travail ont émis mardi à l’unanimité un avis favorable à l’introduction dans le code du travail des dispositions assurant l’indépendance des journalistes en Polynésie. Le texte sera présenté en séance plénière dans une quinzaine de jours. Pour la présidente de la commission, Armelle Merceron, il s’agit de « se mettre en harmonie avec les dispositions nationales ».

Les élus de tous bords de la commission de la Santé, de la Solidarité, du Travail et de l’Emploi, n’ont pas suivi l’avis défavorable du CESC sur la mise en place des dispositions légales destinées à protéger l’indépendance des journalistes au fenua. Les élus de ladite commission ont adopté un avis favorable à l’unanimité pour ce texte. Ainsi, les clauses de conscience et de cession seront introduites dans le code du travail polynésien si les élus de l’assemblée plénière votent favorablement pour ce texte. La présidente de la commission, Armelle Merceron, affirme que toutes les explications ont été suffisantes pour « tous bords confondus, que tous valident l’introduction de ces dispositions dans notre code ». Concernant l’avis défavorable émis par le CESC, l’élue Tapura Armelle Merceron rappelle qu’il revient à « l’assemblée de décider définitivement ». Selon la présidente de la commission, ce texte met les journalistes du fenua sur un pied d’égalité avec leurs confrères nationaux et internationaux.

La présidente de la commission du Travail a aussi tenu à rendre un hommage à sa collègue UPLD, Cathy Tuiho Buillard, qui avait déjà en 2012 « fait une première tentative » pour introduire ce texte.

Article précedent

Tatauroscope du mercredi 03 mai 2017

Article suivant

« Une grande première pour la défense des cétacés »

1 Commentaire

  1. microstring
    3 mai 2017 à 10h21 — Répondre

    Il me semble plus importait de protéger les raies Manta plutôt que les journalistes… lol

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Les journalistes du fenua bientôt protégés