ACTUS LOCALESENVIRONNEMENT

« Une grande première pour la défense des cétacés »

© Agnes Benet

C’est une première en France. Vendredi dernier, deux personnes ont été condamnées pour non respect du code de l’environnement sur l’observation des cétacés.  Pour l’association Mata Tohora, le passage à la répression est un appel à « une prise de conscience » de l’ensemble de la population. L’association craint un durcissement de la réglementation si les règles ne sont toujours pas respectées.

Vendredi dernier, cinq personnes étaient jugées pour avoir « harcelées et/ou incitées au non respect du Code de l’environnement en matières d’espèces protégées ». Depuis cinq ans, l’association Mata Tohora sensibilise sur l’eau les professionnels et les particuliers aux bonnes règles d’approche des baleines. Mais « sur 1 800 personnes sensibilisées, il y en a toujours 2 ou 3% qui sont réticents », indique Agnès Benet, présidente de l’association, pour qui le passage à la répression n’était plus évitable. Le tribunal correctionnel de Papeete a relaxé trois personnes et deux ont été condamnés avec toutefois une dispense de peine, comme demandé par l’association. Une décision « très satisfaisante » pour Agnès Benet, puisqu’elle fait jurisprudence.

Avec ces signalements auprès du procureur et ces procès, Mata Tohora espère « une prise de conscience » de la population sur les risques pour les baleines mais aussi pour les observateurs.

L’association met également en garde sur l’effet que ces mauvaises pratiques pourraient avoir sur la réglementation. « Dans beaucoup de pays du Pacifique Sud, la nage avec les cétacés est interdite », prévient Agnès Benet.

Pour rappel, le Code de l’environnement prévoit une amende de 1 700 000 Fcfp en cas de non respect de la règlementation et 3 400 000 Fcfp et la confiscation du matériel en cas de récidive.

Article précedent

Les journalistes du fenua bientôt protégés

Article suivant

Le CA de la CPS se résigne à la nomination de Raffin

1 Commentaire

  1. tam
    5 mai 2017 à 15h20 — Répondre

    Mme Agnès BENET, il est vrai qu’il faut protéger les cétacés, règlementer l’approche de nos baleines à bosse,sanctionner les indisciplinés, mais quand vous dites que la nage avec les cétacés est interdite dans plusieurs pays du pacifique sud, c’est exact!! Mais pourquoi elle est interdite??.
    Parce que à Hawaii, en Australie, en Nouvelle-Zélande et sur la côte ouest des Etats Unis, ils seraient des centaines et des centaines de personnes à nager avec les baleines. Voilà l’une des raisons de l’interdiction de cette pratique. Il ne faut pas oublier que les touristes qui visitent ces pays se compte par millions chaque année, ce qui est très loin de notre situation.
    Aux îles Tonga, la nage avec les cétacés se fait toujours, ainsi qu’aux Antilles,aux îles Caraïbes,etc…(J’y étais l’année dernière pour vérification).
    Oui pour la nage règlementée !!!, non et non pour la nage indisciplinée en Polynésie française. Comment se fait-il que des entreprises de plongée en bouteilles (Scuba diving) sur Tahiti et Moorea se permettent de plonger et de prendre des photos, des vidéos avec les baleines à bosse à plus de 30 mètres de profondeur ? Ils le font entre 6h et 8h30 matin; cela est totalement « interdit » sur le territoire, mais vous n’en parlez pas dans votre article. l’avait Pourquoi???????

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

« Une grande première pour la défense des cétacés »