ACTUS LOCALESECONOMIE

Les primes « généreuses » des agents du port

La chambre territoriale des comptes détaille les montants des diverses primes octroyées aux agents du Port autonome. En particulier, elle demande « impérativement » une réforme de l’indemnité de capital retraite, une « prime de départ » déguisée qui coûte en moyenne 10,5 millions de Fcfp par départ, même en cas de faute lourde.

Le rapport de la chambre territoriale des comptes (CTC) souligne les « indemnités généreuses » versées à ses employés. Sur la période étudiée, 2012 à 2016, le Port autonome a dépensé 800 millions de Fcfp en « primes octroyées au personnel ». Ces diverses primes « ne dépendent, ni des résultats de l’établissement, ni de leur performance individuelle », ajoute la CTC.

La plus grosse de ces primes est l’indemnité dite « capital retraite », « dans les faits une indemnité de départ », selon les termes de la CTC, versée quelle que soit le motif du départ y compris une faute lourde. Sur la période 2012-2016, 326 millions de Fcfp ont été versés en indemnité de départ à 31 agents, soit une moyenne de 10,5 millions de Fcfp par départ, a calculé la juridiction financière.

La chambre territoriale des comptes indique que sur l’année 2016, le montant individuel de cette indemnité de départ oscillait en 2016 « entre 4 millions et 17 millions de Fcfp ». 123 millions de francs ont été dépensées en indemnités de départ en 2016, année où 11 agents ont quitté le Port autonome.

Cette situation avait déjà été soulignée lors du dernier rapport en 2012. Elle n’a pas évolué alors que la direction générale de l’époque en avait « admis la nécessité ». La juridiction financière « demande impérativement une nouvelle fois à la direction générale de réformer l’indemnité de départ à la retraite ».

472 000 Fcfp bruts mensuels en moyenne et 325 000 Fcfp de prime de fin d’année

Deuxième indemnité importante : la « prime de fin d’année d’un montant maximal de 325 000 francs brut pour les salariés ».

Enfin, le Port autonome distribue aussi des « indemnités de sujétion » (113 millions de Fcfp en cinq ans), des « primes de sujétion » (22 millions), des primes d’ancienneté (45 millions), des « primes fixes » (87 millions) et des primes de stabilité (12 millions). Sur la période étudiée par la CTC (2012-2016), ces diverses primes représentent une dépense de 799 830 697 Fcfp.

Des « indemnités généreuses », dit la CTC, alors que la rémunération brute moyenne des 139 agents du Port autonome (hors indemnité de départ) s’élevait en 2016 selon nos calculs à environ 472 000 Fcfp (brut mensuel).

Article précedent

Le Port autonome agit « sans stratégie »

Article suivant

Le journal de 7h30, le 04/09/2018

11 Commentaires

  1. 3 septembre 2018 à 13h15 — Répondre

    La vie est belle …pourvu que ça dure !

  2. RORO
    3 septembre 2018 à 16h03 — Répondre

    Ceux qui touchent ces primes ; qu’est-ce qu’ils doivent payer comme CST !

  3. Francis VILLIERME
    3 septembre 2018 à 16h37 — Répondre

    800 000 000 F … c’est combien d’emplois ??? me aroha te Nunaa iti !!!

  4. Jean Tefan
    3 septembre 2018 à 16h51 — Répondre

    Indécent!

  5. moana
    3 septembre 2018 à 18h43 — Répondre

    Ces dérives ont déjà été dénoncées en 2012…. Rien ne change et on continue de se gaver.

  6. mata
    4 septembre 2018 à 7h36 — Répondre

    Tant que c’est permis, on peut y aller !!! fort plus fort !!! à mon avis je crois que les complices aussi je veux les grosses têtes !!!! doivent toucher aussi une grosse somme d’argent alors on y va !!!

  7. simone grand
    4 septembre 2018 à 7h50 — Répondre

    Et en plus ça bloque l’économie quand ça leur démange quelque part. Ah la la, la direction à la ma’ohi, ça craint le torpillage économique et l’appauvrissement de tous.

  8. Tamatoa
    4 septembre 2018 à 8h18 — Répondre

    et qui paye la facture ce sont toujours les mêmes .Il y a des audits a faire dans les administrations
    surtout en matière de compétence

  9. microstring2013
    4 septembre 2018 à 18h06 — Répondre

    Tant d’indécence salariale me tue, moi qui trime pour 200 000 FCP/mois. Quand donc les dirigeants politiques imposeront aux directeurs du port autonome un cahier des charges ? Et s’il ne le respecte pas mettons-les en prison comme des margoulins…

  10. taravana
    4 septembre 2018 à 22h24 — Répondre

    A quand le prochain recrutement au Port Autonome ?
    Zut je n’ai aucun « fetii » dans la boîte…Dommage !

  11. Tiare
    5 septembre 2018 à 6h33 — Répondre

    Tout bénef pour M. Puchon tout juste licencié avec petit pactole , aussitôt recasé dans on ne sait pour l’instant, quel service du Pays. Pas de chômage pour ce monsieur incompétent au possible mais ami du politique.« L’incompétence» justement qui sied si bien à bon nombre de nos politicards et qui trinque?
    La population comme d’habitude à qui on attribue les rôles de cochons payants et dindons de la farce.
    «Ces dérives », comme l’écrit Moana, il serait temps d’y mettre un terme.

Laisser un commentaire

PARTAGER

Les primes « généreuses » des agents du port