ACTUS LOCALESEDUCATIONSOCIÉTÉ

L’Université distingue ses majors de promos

Les majors de l’année : Emere Martin, Heremoana Timo, Yanina Teraiamano, Agathe Trullier, Vaniva Benard, Julie Daniellot-Dejoux, Keani Mou Sing, Floriane Beaudoire, Lenora Boosie, Taraina Rai, Christian Pesme, Tehani Apeang, Manuarii Vazquez Ballesta et Clayton Faua.


L’UPF avait réuni ce matin les étudiants les mieux notés de leur licence l’année passée. Si le Covid a empêché la tenue d’une vraie cérémonie dans le grand amphi, les majors, tous parrainés par une entreprise, ont tout de même reçu des félicitation et un joli chèque pour poursuivre leurs études ou commencer leur vie professionnelle.

Cérémonie intimiste, ce matin, à l’UPF. L’université distinguait les étudiants sortis majors de leur licence lors de la dernière année universitaire. Pas de grand amphi, pas de foule de parents ou d’amis, mais des diplômes, des sourires sous les masques… et surtout des chèques. Chacun des 14 majors a reçu une aide de 100 000 francs attribuée par une entreprise parraine. « Il y a aussi un lien qui se créé entre l’entreprise et le major, et qui peut servir dans la suite de son parcours », explique le président de l’Université Patrick Capolsini. Si les parrains n’ont, exceptionnellement, pas pu être conviés pour cause de restrictions sanitaires, ils sont chaudement remerciés : en cette période de difficultés pour beaucoup d’acteurs économiques, les entreprises candidates sont plus difficiles à trouver.

Parmi les étudiants distingués (et présentés dans un livret édité par l’université), Tehani Apeang, major de la licence en Informatique de l’UPF, dont elle était, dès la deuxième année, la seule fille. Tout juste revenue d’un échange universitaire avec l’Irlande du Nord, elle cherche aujourd’hui un emploi tout en complétant sa formation « en autodidacte sur internet ». Le soutien de son parrain, en l’occurrence l’OPT, « c’est une précieuse aide pour commencer sa vie professionnelle », explique-t-elle. « On s’est aussi rencontré, on a discuté, et ça me permet d’élargir mon réseau, et qui sait, peut-être de décrocher un stage ou un travail là bas ».

 

Les entreprises qui parrainent des majors de promo cette année.

 

Article précedent

L'art marquisien fait un pas de plus vers la reconnaissance à l'Unesco

Article suivant

La CPME demande une exonération de patente pour les entreprises en difficulté

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

L’Université distingue ses majors de promos