ACTUS LOCALESENVIRONNEMENT

Papeete met les pollueurs à l’amende

© Radio 1

Le maire de Papeete, Michel Buillard, vient de prendre deux arrêtés municipaux réglementant les dépôts de déchets et les nuisances sonores. La mairie a précisé la réglementation du code de l’Environnement sur la zone de la capitale, pour être au plus près des situations rencontrées dans la commune. La police municipale va maintenant dresser des procès verbaux (PV) avec amendes forfaitaires.

L’incivisme n’a plus sa place à Papeete. C’est en substance le message que le maire de la commune, Michel Buillard, a voulu passer en présentant lundi matin deux arrêtés pris il y a deux mois. L’un pour réglementer le dépôt, l’abandon ou le rejet de déchets, et l’autre relatif à la lutte contre le bruit et les nuisances sonores dans la ville. Avec ces deux arrêtés, les policiers municipaux peuvent dresser des procès verbaux avec des amendes forfaitaires. Une disposition déjà prise par le code de l’Environnement depuis 2016. Mais pour Michel Buillard, « il fallait bien préciser les cas d’espèces et faire des définitions pour telles ou telles infractions ». Il fallait également mettre à jour la réglementation de la commune, datant de 1992 pour les déchets et de 1984 pour le bruit. Ces « cas d’espèce » ont été répertoriés depuis l’année dernière au travers de rencontres avec la population. Une population qui souhaite voir sa ville plus propre, comme l’explique le maire, Michel Buillard.

L’arrêté sur les déchets met à jour la règlementation. Il est désormais interdit de sortir ses poubelles en dehors des horaires fixés, le surplus des ordures ménagère doit être conditionné dans des sacs, les déchets verts eux aussi, les encombrants doivent séparer bois et métaux… Il est interdit d’abandonner des déchets en milieu naturel, ou de laisser ses animaux « faire ses besoins sur la voie publique ». Pas moins 10 000 calendriers de collecte des déchets ont été distribués pour avertir la population des changements.

Pour le bruit et les nuisances sonores, les engins bruyants (débroussailleuses, tondeuses…) ne pourront fonctionner qu’en semaine de 7 à 18 heures et le samedi et les jours fériés de 8 à 18 heures. Interdiction également de faire du bruit sur la voie publique avec des haut-parleurs, des pétards ou des instruments de musique. Il faudra aussi veiller à ne pas écouter la musique ou la télé trop fort chez soit et empêcher ses chiens d’aboyer toute la journée. Après une année à faire de la sensibilisation, le tavana veut maintenant rappeler les amendes encourues.

Malgré une autorisation permettant de dresser des PV avec amendes immédiates, « on ne peut pas mettre un policier à chaque coin de rues à toutes heures », explique le chef de la police municipale, Roger Lamy. Difficile de contrôler le comportement des 27 287 habitants de Papeete. Pour autant, les citoyens s’avèrent être assez vigilants. Ainsi depuis le début de l’année, 97 plaintes ont été déposées auprès de la Police municipale pour le dépôt sauvage de déchets et 73 pour des nuisances sonores. Roger Lamy espère donc pouvoir compter sur la population.

Chaque année, la ville de Papeete produit 12 tonnes de déchets non recyclables.

Amendes forfaitaires :

Déchets : de 4 150 Fcfp à 16 100 Fcfp

Bruit et nuisance sonore : 8 100 Fcfp

Article précedent

Bertholon en renfort au ministère de l’Equipement

Article suivant

JOURNAL DE 7:30 LE 12/12/2017

2 Commentaires

  1. Chaval
    12 décembre 2017 à 5h54 — Répondre

    Les favellas du quartier de La Mission, côté ancien hôpital Mamao, sont un modèle d’incivisme. Musique et radio assez forts pour que tous les habitants des résidences Kahoanui et Iris, et des environs, subissent ces nuisances sonores, ajoutons à cela les disputes quasi quotidiennes avec des vociférations (la plupart féminine ???), les aboiements des chiens nuits et jours, et pour terminer un dépôt permanent d’ordures sauvages au pied de l’immeuble Kahoanui près du portail d’accès, côté école Faarimata, ordures enlevées une fois par semaine par les services de la ville, mais nid à rats cela va sans dire. Les gens sont dégueulasses c’est tout, et la mairie et son Maire devraient se pencher sur l’insalubrité qui règne dans ce quartier où les taudis sont entassés à flanc de montagnes pour certains posés uniquement sur des futs. Pas d’évacuation des eaux « usés » , aucune hygiène, c’est proprement scandaleux que des gens vivent dans de telles conditions, les normes à la construction et à l’hygiène si pointilleuses pour un particulier, sont laissée à l’abandon et acceptées dans ce genre de bidonvilles. Alors les amendes pour les poubelles déposées n’importe où, c’est bien, mais encore faut-il que les agents verbalisateurs puissent prendre sur le fait les contrevenants. C’est encore une belle utopie.

  2. 12 décembre 2017 à 7h09 — Répondre

    Moi je dis : « Chiche » ! Mais qui va contrôler et verbaliser tous ces contrevenants ? Sans parler des chiens errants et des chiens non-errants qui aboient à tue-tête, des motards bruyants qui ne sont jamais arrêtés par les forces de l’ordre, des voitures boum-boum qui circulent toujours sans être inquiétées etc…Editer des arrêtés c’est bien, mais les faire appliquer c’est mieux…On a l’espoir de le croire !

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Papeete met les pollueurs à l’amende