ACTUS LOCALESECONOMIEENVIRONNEMENT

Quelle valeur économique ont les lagons ou la qualité de l’air ?

L’Université de la Polynésie française accueille jeudi une conférence sur les outils de définition de la valeur économique des biens communs, autrement dit la qualité de l’air, des lagons, des rivières.

« Peut-on évaluer la valeur économique des biens communs ? ». Pour y voir un peu plus clair, les biens communs désignent des biens dont la consommation ne peut exclure une personne mais dont l’utilisation même la réduit pour une autre. Plus simplement, l’air que l’on respire, les lagons dans lequel nous nageons, les rivières ou encore les forêts sont des biens communs. Et si différents marchés permettent de donner une valeur à n’importe quel bien, il n’en existe pas pour les biens communs. On ne peut pas chiffrer la qualité de l’air ou encore la propreté d’une rivière.

Léopold Biardeau, doctorant en économie de l’environnement à Berkeley en Californie – qui a grandi à Paea et Punaauia -, répondra à cette question jeudi à 18h15 dans l’amphithéâtre A3 de l’UPF- en présentant des outils utilisés dans son secteur pour attribuer indirectement une valeur économique. L’intérêt de mettre une valeur sur un bien commun est de l’utiliser pour réaliser des analyses coût-avantage lors de projets de protection de l’environnement.

Une conférence qui fera nécessairement écho à l’ouvrage publié en mai dernier par plusieurs chercheurs et économistes, « Communs et océans. Le rahui en Polynésie française », qui se penchait sur les bénéfices et les mécanismes de mise en place de trois rahui dans différentes îles.

Article précedent

Wrap salade au choux fleur et patate douce

Article suivant

Pour le Nouvel an chinois, une Nuit de la lecture sur l’Asie

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Quelle valeur économique ont les lagons ou la qualité de l’air ?