ACTUS LOCALESPOLITIQUESANTÉ

Retour de l’état d’urgence sanitaire : bientôt de nouvelles restrictions en Polynésie ?

Emmanuel Macron a annoncé ce mercredi, en pleine « deuxième vague » épidémique en métropole, le rétablissement de l’état d’urgence sanitaire sur tout le territoire national. Une décision qui pourrait ouvrir la porte à un renforcement des restrictions de déplacements ou de circulation au fenua, où les chiffres du covid-19 inquiètent tout autant.

Interviewé par France2 et TF1 ce mercredi, le Président de la République a annoncé plusieurs mesures destinées à combattre la propagation du covid-19. L’Europe, et plus singulièrement la France, connait une reprise épidémique depuis quelques semaines, faisant craindre, si la courbe des hospitalisations continuait de grimper, une nouvelle vague de décès. Parmi les mesures les plus marquantes, un couvre-feu mis en place en Île-de-France et dans huit grandes zones urbaines de l’Hexagone. Un dispositif nouveau pour la métropole, mais qui avait déjà testé dans plusieurs collectivités d’outre-mer… dont la Polynésie, « précurseur » en la matière. Il devrait être accompagné, pour ce qui est de la métropole, de « dispositifs de soutien supplémentaires » aux secteurs les plus touchés (restauration, culture, événementiel…), dont le renforcement de la prise en charge du chômage partiel. Le chef de l’État a aussi annoncé la mise en place d’une nouvelle application téléphonique « Tous anti-covid », et préconisé, quand c’était possible, deux à trois jours de télétravail par semaine… Ou insisté, comme le relève notre partenaire Europe1,  sur « la règle des 6 » dans les réunions privées, en référence au nombre maximum de personnes qui devraient se réunir, hors membres d’un même foyer.

Au Haut-commissariat, des choix à faire dès cette semaine

Mais Emmanuel Macron a surtout annoncé la remise en place de l’état d’urgence sanitaire, sur tout le territoire national. Un régime en vigueur du 23 mars au 10 juillet, et qui confère aux autorités – le gouvernement central, mais aussi les préfets, et donc le haut-commissaire en Polynésie –  une plus grande marge de manœuvre pour prendre des mesures de prévention de l’épidémie. C’est dans ce cadre-là, par exemple, qu’avaient été mis en place le confinement, au fenua comme ailleurs, ainsi que les premières mesures de restrictions de circulation, de rassemblements ou de fermetures d’établissements. Le Président de la République et son conseil des ministres ne peuvent réinstaurer cet état d’urgence que pour 4 semaines, mais comptent visiblement demander au parlement de le faire courir au moins jusqu’à début décembre.

Aucune mesure spécifique au fenua, ou même à l’outre-mer, n’a été pour l’instant été annoncée. Néanmoins, le haut-commissaire pourrait emboiter le pas au Président de la République et prendre la parole en cette fin de semaine. Une allocution qui était déjà envisagée avant l’interview d’Emmanuel Macron. D’abord parce que les derniers chiffres du covid-19 sont inquiétants au fenua. Le CHPF connait une hausse constante des hospitalisations liées au coronavirus et alerte sur ses capacités limitées, notamment en termes d’effectif de soignants. Mais aussi parce que la dernière version de l’arrêté du 13 août mettant en place les restrictions de rassemblement, la fermeture des discothèques ou encore l’obligation du port de masque dans certaines zones de Tahiti, arrive à échéance le 15 octobre. Soit ce jeudi. Dominique Sorain doit quoiqu’il arrive décider de prolonger ou non cette règlementation. Il pourrait, comme le lui suggèrent depuis le mois dernier les services de la Santé du Pays, la renforcer. Parmi les règles qui pourraient faire leur retour : le couvre-feu, désormais popularisé au niveau national, ou de nouvelles restrictions de déplacement, à Tahiti ou vers les îles. Réponse d’ici vendredi.

Article précedent

Ces vidéos "satisfaisantes" sur lesquelles on bloque - Edito 14/10/2020

Article suivant

Covid-19 : les Mini-Jeux du Pacifique reportés à 2022

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Retour de l’état d’urgence sanitaire : bientôt de nouvelles restrictions en Polynésie ?