ACTUS LOCALESCULTURE

« Sagan » par Caroline Loeb, cette semaine à la Maison de la culture

Caroline Loeb est Sagan, dans un monologue écrit après la découverte tardive de l’œuvre de l’écrivain. Elle donne deux représentations à ne pas rater, vendredi 14 et dimanche 16 janvier.

Sagan, c’est la rencontre d’une enfant terrible des années 80 et de l’enfant terrible emblématique des années 50. Ce seul-en-scène, mis en scène par Alex Lutz, a été créé en 2016 et joué plus de 400 fois, à Paris mais aussi au festival d’Avignon, et nominé aux Molières 2018. Elle vient présenter ce spectacle à Tahiti, vendredi 14 et dimanche 16 janvier.

Révélée au grand public en 1986 par son titre C’est la ouate, Caroline Loeb était et est, en réalité, comédienne. Élevée aux États-Unis, pays des artistes multi-talents, elle refusait déjà le cloisonnement qui a cours en France : « Pour moi, les métiers du spectacle, faire des costumes (elle a été styliste photo), des décors, jouer (elle a quelques pièces et films à son actif), écrire, chanter (elle a écrit et sorti deux albums) mettre en scène (elle le fait depuis le début des années 90, avec plus de 30 spectacles à son actif), pour moi tout ça c’’est la même chose, en fait. »

Et quand on aime les textes, on tombe sur Françoise Sagan. C’est Alex Lutz, avec qui elle a fait un spectacle autour de George Sand, qui lui a fait découvrir l’écrivain par le une collection d’interviews de Françoise Sagan,  Je ne renie rien. « Et j’ai été sidérée du décalage entre le personnage qui était drôle, spirituel, mais qui avait l’air un peu mondaine, avec cet humour un peu décalé, et j’étais sidérée de voir à quel point elle était philosophe, en fait. »

Plongée dans l’œuvre de Françoise Sagan, Caroline Loeb a du faire des choix difficiles parmi les textes qui lui parlaient. « Elle parle de beaucoup de choses, en fait, de littérature parce que c’est central dans sa vie comme c’est dans la mienne, et puis de l’amour, de la mort, du temps, de la paresse, de l’argent, elle parle très, très bien de l’argent. Et ce qui est très touchant avec elle, c’est qu’elle assume toutes ses contradictions. Et la vie c’est ça, c’est pas noir ou blanc. »

Sagan et Loeb n’ont pas que la littérature en commun : la comédienne s’est aussi reconnue dans cet écrivain qui a dû faire face à une vision réductrice de sa personnalité et de son œuvre.

Sagan revit aussi sur scène par la transformation physique de Caroline Loeb : perruque blonde, chemisier Hermès, tics nerveux et vocaux : « heureusement, je parle moins vite qu’elle », rassure la comédienne qui dit avoir trouvé la transformation facile : « ça me touchait d’une manière tellement intime que c’est comme si elle s’était installée chez moi. C’est un spectacle assez magique pour moi. » 

« La comédienne a su retrouver la tonalité de sa voix, son débit si caractéristique, sa moue désabusée, ses postures, et livre un texte à la ligne mélodique quasi musicale en forme de libre propos. Strictement dirigée par Alex Lutz, admirablement éclairée, le personnage lui va comme un gant », disait la critique parisienne.

Regardez l’interview de Caroline Loeb invitée de notre partenaire Europe1 :

 

Sagan, adapté et interprété par Caroline Loeb, mise en scène d’Alex Lutz

Présenté par Rideau Rouge Tahiti

Vendredi 14 janvier à 19h30 et dimanche 16 janvier à 17 heures

Petit théâtre de la Maison de la Culture

Tarif : 4 900 Fcfp (3 900 Fcfp moins de 16 ans)

Billets en vente sur www.ticketpacific.pf, dans les magasins Carrefour Faa’a, Punaauia, Arue, Taravao et à Radio 1/Tiare FM Fare Ute

NB : Le spectacle est soumis à la réglementation sanitaire en vigueur à date de l’événement. À ce jour, le port du masque reste obligatoire dans la salle, du gel hydroalcoolique est à disposition et l’accès est sur présentation du pass sanitaire.

 

Article précedent

Journal de 7h30, le 10/01/22

Article suivant

Nouvelle-Calédonie : Sonia Backès annonce son soutien à Emmanuel Macron

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

« Sagan » par Caroline Loeb, cette semaine à la Maison de la culture