ACTUS LOCALESECONOMIESECTEUR PRIMAIRE

Séminaire de la perliculture : « un règlement de comptes entre membres de la même famille »

©Presidence

Le séminaire de la perliculture s’est ouvert ce matin à la présidence. Deux jours de réunion entre acteurs professionnels et institutionnels du secteur, qui doivent aboutir en 2021 à un document de politique publique. Si la crise sanitaire et économique a des effets délétères, c’est surtout « l’indiscipline de la production » qui a précipité la chute de la perle de Tahiti. Et c’est toute une profession qui doit « se remettre en cause », a déclaré Édouard Fritch.

« L’avenir de la perle dépend uniquement de nous », a déclaré le président Édouard Fritch en ouverture du séminaire de la perliculture ce lundi matin, qui rassemble une vingtaine de personnes à la présidence et plus d’une centaine d’autres qui participent au débat par Internet.

Avec un prix au gramme en dégringolade, la perle de Tahiti a perdu de son éclat. Et ce n’est pas l’effondrement de la demande mondiale dont elle souffre. « Problèmes structurels récurrents, greffeurs, déclarations de personnel, organisation des ventes », toute la chaîne a été pointée du doigt par le président du Pays, qui a dit sa « tristesse de constater que certaines orientations stratégiques n’ont pas été prises. (…) C’est un échec collectif, un échec public et privé ».

« En 2020, poursuit Édouard Fritch, nous avons mis une très petite quantité de perles sur le marché. Et pourtant, nous avons sorti un nombre de perles important. Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Le cours de la perle qui était autour de 2 000 Fcfp est passé en-dessous de 500 Fcfp alors que l’offre était très petite et que la demande est toujours la même. En d’autres termes, on défie même les lois du commerce ! Le problème ce sont les ventes sauvages. Et ceux qui font ce genre d’opérations, ils sont présents, là, ils vont écouter… »

Vers une réduction des surfaces perlicoles ?

Aujourd’hui, sur le papier, environ 10 000 hectares de lagon sont consacrés à la perliculture. En pratique, seulement 5 000 seraient exploités – en tout cas si l’on en croit les déclarations officielles. « Il y a un grand ménage à faire à ce niveau-là », dit Édouard Fritch, qui rappelle le drame de Takaroa, dont le lagon est « tapissé de plastique » et qui ne produit plus rien.

« Aujourd’hui, les clients à l’international se méfient de la perle de Tahiti »

Ce n’est pas l’avis du perliculteur Franck Tehaamatai : « La production n’est pas à son maximum, affirme-t-il. Le premier gros problème ce sont les emplois non déclarés. C’est pas parce que c’est mon fils, ma cousine ou ma nièce qu’on ne doit pas les déclarer. » Le producteur, qui dit avoir jusqu’ici évité les réunions du conseil de la perliculture, espère que cette fois-ci « ça ne va pas être que de la théorie. »

Pour lui, « le produit de qualité se vend toujours bien. Tous les gens qui demandaient le droit d’exporter du bas de gamme, vous dites quoi aujourd’hui ? En octobre il y a eu 4 millions de perles exportées, un ‘vide-grenier’ sur le marché ! Aujourd’hui les clients à l’international se méfient de la perle de Tahiti. Tout vient de l’indiscipline de la production. »

Article précedent

LA PASSION DU VIN 21/12/2020

Article suivant

La minute de l'entrepreneur 21/12/2020

1 Commentaire

  1. Teiva Hoki
    22 décembre 2020 à 7h17 — Répondre

    Je dirais que c’est bien fait pour les perliculteurs (je sais c’est pas gentil). Mais, ils ont toujours cru qu’ils étaient performants dans leur secteur a;lors qu’il n’ont fait que des conneries !!!
    Et puis le gouvernement a préféré écouter l’Empereur de la Perle qui n’a d’empereur que sa capacité à confondre vente de perles et ventes de savates en plastique !!! Il est aussi bon dans la perliculture que Macron est excellent en bilboquet !!!
    Quant au service chargé de ce secteur, à part s’occuper de leur fin de mois parfois difficile, ils sont aussi utiles à la perliculture que n’est un excellent joueur de billard pour la société !
    La perle de Tahiti est exploitée uniquement par les Polynésiens français et on trouve le moyen de se concurrencer nous même !!! C’est pour vous montrer le niveau de bêtise de nos perliculteurs !!!
    Bien fait !!!

Laisser un commentaire

PARTAGER

Séminaire de la perliculture : « un règlement de comptes entre membres de la même famille »