ACTUS LOCALESÉVÉNEMENT

Tahiti accueille la première conférence sur les îles flottantes

Depuis janvier dernier, le Pays et le Seasteading Institute sont liés par un accord pour la mise en place d’études de faisabilité du projet d’îles flottantes au fenua. L’institut organise donc sa première conférence internationale sur le sujet à Tahiti. Du 15 au 18 mai prochain au Méridien, plus d’une vingtaine de conférenciers se succéderont pour évoquer les enjeux des îles flottantes.

C’est en septembre 2016, que la Polynésie a entendu parler pour la première fois des îles flottantes. Le Seasteading Institute de Californie était venu présenter son projet au gouvernement. En janvier dernier, un accord d’études de faisabilité a été signé et un premier séminaire a été organisé à San Francisco. Cette fois-ci c’est sur le fenua que le Seasteading Institute a décidé d’organiser la première conférence internationale sur les îles flottantes. Pour l’occasion, plus d’une vingtaine de chercheurs, scientifiques, juristes, ingénieurs et hommes politiques internationaux se succéderont durant trois jours de conférences du 15 au 18 mai prochain. Des invités étrangers seront présents tels que Wang Chien Ming, professeur de Génie Civil à l’Université de Queensland et Nathalie Mezza-Garcia, chercheur & doctorante au Centre de Méthodologies Interdicisplinaires à l’Université de Warwick. Mais il y aura aussi des intervenants locaux comme Lenick Perennou, chercheuse sur l’architecture flottante en Polynésie et Pascal Erhel Hatuuku, consultant en culture, tourisme et environnement. Durant les trois jours de conférences il sera notamment question d’environnement, de numérique, d’éducation, de recherche ou encore de législations et d’économie. L’occasion « d’ouvrir la voie à la création de la toute première communauté flottante en Polynésie française ». Et surtout un moyen pour les polynésiens de se faire une idée sur ce grand projet proposé à la Polynésie. L’ensemble des conférences est gratuit, il suffit de s’inscrire sur le site www.seasteading.org.

Voici le programme détaillé des trois jours de conférences :

Conférences du Lundi 15 Mai (8h30 – 12h00):

Teva Rohfritsch: Vice-Président de la Polynésie Française
Randy Hencken: Directeur Exécutif du Seasteading Institute; PDG de Blue Frontiers
Marc Collins: Co-Fondateur de Blue Frontiers; Ambassadeur du Seasteading Institute en Polynésie Française
Pascal Erhel Hatuuku: Consultant en Culture, Tourisme et Environnement
Lelei Lelaulu: Membre du Groupe Consultatif de l’IFC (Banque Mondiale) sur les Entreprises et la Durabilité
Greg Delaune: PPP & Expert en Développement Economique Durable; Vice-Président Partenariat à Blue Frontiers; Ambassadeur du Seasteading Institute
Alexandrine Wan: Spécialiste en Tourisme Durable
Tony Hsieh: PDG de Zappos; Fondateur de Downtown Project, Las Vegas
Joe Quirk: Seavangelist & Auteur au sein du Seasteading Institute; Co-Fondateur de Blue Frontiers

Conférences du Mardi 16 Mai (8h00 – 12h00)

Sénateur J. Kalani English: Chef du Parti Majoritaire du Sénat de l’Etat de Hawaii
Neil Davies: Directeur de la Station UC Berkeley Gump, Moorea
Serge Planes: Expert International en Ecologie Marine
Egor Ryikov: Co-Fondateur et Directeur Associé de Weber CoMechanics; Co-Fondateur et Vice-Président Ingénieurie à Blue Frontiers
Wang Chien Ming: Professeur de Génie Civil, Université de Queensland
Jim Von Ehr: Expert en Nanotechnologie, Inventeur & Entrepreneur; PDG de Zyvex Labs; Membre du Conseil d’Administration du Seasteading Institute
Ari Eisenstat: Co-Directeur Exécutif à l’Institut de l’Indice Mondial de Durabilité de l’ONU; Ambassadeur du Seasteading Institute
Zephanii Smith: Membre du Conseil National à l’Association des Nations Unies
Nathalie Mezza-Garcia: Chercheur & Doctorante au Centre de Méthodologies Interdicisplinaires, Université de Warwick

Conférences du Jeudi 18 Mai (9h30 – 12h00)

Tua Pittman: Maître Navigateur
Randy Hencken: Directeur Exécutif du Seasteading Institute; PDG de Blue Frontiers
Marc Collins: Co-Fondateur de Blue Frontiers; Ambassadeur du Seasteading Institute en Polynésie Française
Bart Roeffen: Vice-Président Architecture à Blue Frontiers; Directeur de DeltaSync & Blue 21
Karina Czapiewska: Vice-Président Développement de Projet à Blue Frontiers; Directeur de DeltaSync & Blue 21
Lenick Perennou: Chercheuse sur l’Architecture Flottante en Polynésie, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux
Pauline Sillinger: Spécialiste en Eco-Conception et Développement Durable
Cécile Gaspar: Fondatrice et présidente de l’ONG Te Mana o te Moana
Hervé Bossin: Entomologiste Médical à l’Institut Louis Malardé, Tahiti

Conférences du Jeudi 18 Mai (13h00 – 17h00)

Susanna Dokupil: PDG de Paladin Strategies; Membre du Conseil Administratif du Seasteading Institute; Conseillère à Blue Frontiers
Philippe Lemonnier: Fondateur de Pacific Ventury; Expert en Droit Maritime; Master 2 en Droit International des Affaires et Droit Maritime, Université de Nantes
John Hawkins: Directeur de Workforce Development, Emsi-Economic Modeling
Mark Lutter, PhD: Economiste en Chef à NeWAY Capital, Doctorat en Economie de l’Université George Mason
Robert Viglione: Co-Fondateur de Zencash and ZClassic; Co-Fondateur et PDG de Secure Blockchain Systems LLC; Chef des Ambassadeurs Américains et Canadiens pour BlockPay
Tom W. Bell: Expert en Législation des Zones Economiques Spéciales; Professeur à l’Universtié Chapman; Vice-Président Affaires Légales à Blue Frontiers
Olivier Archambaud: Fondateur de Human Underwater Society
Francis Vallat: Président du Réseau Européen des Clusters Maritimes
Jacques Rougerie: Architecte Visionnaire et Océanographe
Joe Quirk: Seavangelist & Auteur au sein du Seasteading Institute; Co-Fondateur de Blue Frontiers

Article précedent

2 500 coureurs arcs-en-ciel

Article suivant

Un homme de 48 ans décède après une chute en voiture à Faa'a

1 Commentaire

  1. Tiare 1
    15 mai 2017 à 13h33 — Répondre

    Il ne faudrait pas que ces fameuses études de faisabilité se fassent avec l’argent du contribuable Polynésien. Bienvenue donc aux aides européennes, à charge pour le Pays de se botter les fesses pour aller les chercher. Quoiqu’il en soit ,si le projet se concrétise ces îles flottantes pourvoyeuses d’emplois dans le futur, seront aussi une véritable pollution visuelle dans nos lagons.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Tahiti accueille la première conférence sur les îles flottantes