ACTUS LOCALESECONOMIE

Vente d’alcool : les distributeurs sont fiu de l’usine à gaz

L’Union de la distribution alimentaire de Polynésie française, dans un courrier à Édouard Fritch et Teva Rohfritsch, dénoncent la « complication injustifiée » qui leur a été imposée pour la reprise partielle de la vente d’alcool et demandent la fin du système de « drive ».

Les commerçants qui se sont d’abord vu interdire de vendre de l’alcool, puis permettre de le faire dans des conditions particulières, protestent contre un système qui les oblige à réorganiser leurs magasins pour un seul type de produit, et qui oblige aussi leurs clients à suivre un double itinéraire pour faire leurs courses alimentaires puis leurs emplettes de boissons. Ils demandent pour Tahiti et Moorea le même régime de vente que dans les archipels, et souhaitent une rencontre avec le gouvernement pour en discuter au plus vite, disent-ils dans une lettre datée du 21 avril que Radio1 s’est procuré.

« Depuis l’entrée en vigueur des mesures d’aménagement de la vente d’alcool, le lundi 20 avril 2020, nos clients et salariés s’interrogent sur la pertinence de ces mesures dites ‘d’aménagement’ qui ont été adoptées sans aucune concertation avec ceux qui portent aujourd’hui la responsabilité de délivrer un produit dans des conditions particulièrement encadrées », écrit ainsi d’UDAPF.

Le « rush » sur l’alcool n’a pas eu lieu

D’autant plus que depuis lundi matin, les commerces qui se sont pliés « dans la précipitation », aux nouvelles conditions de vente, la ruée sur l’alcool prédite par certains ne s’est pas matérialisée. Et donc, pour l’UDAPF, « les contraintes de commande à distance et de livraison à domicile ou sur un ‘site d’enlèvement’ spécifique ne semblent trouver aucune justification. »

Les distributeurs d’alcool demandent donc au gouvernement d’envisager qu’à Tahiti et Moorea « ce produit retrouve sa place dans les rayons non réfrigérés, au même titre que les archipels autres que la Société ».

« C’est dans cet esprit que nous souhaiterions pouvoir vous rencontrer afin de vous exposer des propositions d’aménagement des modalités d’encadrement de la vente d’alcool que nous pourrions mettre en œuvre de concert tout en préservant les impératifs qui nous gouvernent, » conclut le courrier.

Lettre UDAPF_FGC Au Préside…

Article précedent

Le Pays acte une baisse du prix des carburants pour certains professionnels

Article suivant

Bras de fer juridique sur les "congés forcés" entre les syndicats et le gouvernement

6 Commentaires

  1. Narcisse
    22 avril 2020 à 23h49 — Répondre

    L’auto-satisfaction du gouvernement fait peine à voir. Mais comme les chiffres lui donne en partie raison, autant garder le confinement jusqu’à Noel et interdire tout simplement la vente d’alcool pour toujours ! Ah il ne peut pas…zut alors

  2. 23 avril 2020 à 5h53 — Répondre

    J’avais signalé la semaine dernière la complexité du système imaginé pour la vente de vin et bières ,qui obligeait les distributeurs à mettre en place un dispositif compliqué qui ne facilitait en rien la vente, et pour les clients et pour les distributeurs. Le directeur de Carrefour Arue m’avait confié que c’était un casse tête, une décision mal pensée et que la mise en vente en rayon, avec respect de la limitation aurait été beaucoup plus facile pour tous telle qu’elle est appilquée dans les îles.

  3. ROBERT
    24 avril 2020 à 8h17 — Répondre

    Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué??? Ils ont dû se mettre à plusieurs « haine arcs » pour pondre une telle « usine à gaz » inutile…

  4. FRÉDY
    24 avril 2020 à 10h08 — Répondre

    En plus de cela, ça diffuse sur les réseaux sociaux, en publicité le prix, le produit et même le parcours du Drive sans afficher en grand comme la loi l’exige: « L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ, À CONSOMMER AVEC MODÉRATION » et aussi « L’ALCOOL EST INTERDIT AUX MINEURS ». N’est ce que pas les messieurs qui nous gouvernent.

    • ROBERT
      24 avril 2020 à 12h54 — Répondre

      Ah, ah, y’en a qui gouvernent??? Vue la trajectoire de la pirogue je pense qu’ils ont déjà sauté à l’eau!!!…

  5. lesagetahiti
    24 avril 2020 à 12h23 — Répondre

    l’usine à gaz initiale a été contournée;
    ainsi à Arue, le drive-in est organisé à l’intérieur même de l’entrepôt du fournisseur;
    lequel, à ce que je sache, n’est pas un distributeur de boissons, ni détaillant, mais bien un producteur, voire un grossiste!

    cette hypocrisie ne grandit pas nos dirigeants…

    laissez donc les détaillants s’organiser comme ils l’entendent,
    et contentez -vous de restreindre les jours d’accès à ces boissons; car une interdiction générale et absolue était dès le départ illégale.

Laisser un commentaire

PARTAGER

Vente d’alcool : les distributeurs sont fiu de l’usine à gaz