ACTUS LOCALESSANTÉ

14% des 10-20 ans fument quotidiennement au fenua

La journée mondiale sans tabac sera célébrée le 31 mai prochain. Pour la deuxième année consécutive, la direction de la Santé met en place une semaine de consultations gratuites pour aider les fumeurs polynésiens à arrêter. Il s’agit bien évidement d’une question de santé. Mais aussi d’économie !

Le 1er avril dernier, le prix du tabac a augmenté de 38,7% en Polynésie. Un mois et demi après cette mesure, il est impossible d’estimer l’impact. En effet, les vendeurs de tabac doivent encore écouler leur stock avant d’appliquer la nouvelle tarification. « Si on pouvait arrêter la vente se serait plus facile mais ce n’est pas possible », lâche le ministre de la Santé, Jacques Raynal. Sur le fenua 41% de la population fume, dont 80% quotidiennement. Un habitant, adulte, de Polynésie fume 1,3 kg de tabac par an. Autant dire que les conséquences sont assez importantes. 90% des cancers pulmonaires sont dus à une surconsommation de tabac. Alors après les multiples campagnes de prévention, la direction de la Santé mise sur l’aide à l’arrêt de la cigarette.

Près de la moitié des 10-20 ont déjà essayé le tabac

Comme l’année dernière, et durant une semaine du 22 mai au 2 juin, le centre de consultations spécialisées en alcoologie et toxicomanie proposera des consultations d’aide au sevrage tabagique gratuites. Des rendez-vous ouverts « aux fumeurs qui souhaiteraient s’arrêter mais à ceux aussi qui s’interrogent sur leur consommation » précise le docteur Marie-Françoise Brugiroux. Les dispensaires et le centre de la mère et de l’enfant seront à disposition des femmes enceintes et des jeunes fumeurs. La direction de la Santé s’inquiète particulièrement de la consommation des jeunes. 47% d’entres eux ont déjà expérimenté le tabac et 14% fume quotidiennement. Durant les consultations, les fumeurs apprendront à identifier leur dépendance et à gérer leurs envies. Et pour toucher le plus grand monde, une application a été créée pour réaliser une étude de sa consommation et l’impact sur son portefeuille. L’application « Découvrez comment faire des économies » est disponible sur le site www.drogue-polynesie.com. La direction de la Santé espère que l’aspect économique convaincra les plus récalcitrants à arrêter la cigarette.

Article précedent

Un chorégraphe américain à Papeete

Article suivant

Fenua Pharm connecte le patient à sa pharmacie

3 Commentaires

  1. Tiare 1
    12 mai 2017 à 17h09 — Répondre

    La faute à la société de consommation dans laquelle on vit. Une société superficielle au possible qui nous fait plus de mal que de bien.

  2. 13 mai 2017 à 15h16 — Répondre

    Non ,la faute aux parents qui montrent l’exemple! on ne peut pas dire à son enfant c’est pas bien si on le fait soi-même ! La société propose ,on est pas obligé de le faire ,on peut vivre comme on a envie !

  3. Tiare 1
    14 mai 2017 à 10h01 — Répondre

    La faute aux deux, les campagnes de sensibilisation sur les méfaits du tabac devraient être plus nombreuses, mais au ministère de la santé, on va encore nous rétorquer qu’il n’y a pas de budget pour les mettre en œuvre.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

14% des 10-20 ans fument quotidiennement au fenua